Le journal du Lyonnais-Dauphiné
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresConnexion
Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Connexion automatique: 
:: Récupérer mon mot de passe
Octobre 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031    
CalendrierCalendrier
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» La Gazette Lyonnaise-Dauphinoise du 25 juillet 1464
Mar 26 Juil - 16:36 par Arwel

» La Gazette Dauphinoise du 22 février 1457 Nouvelle charte graphique
Jeu 14 Juil - 22:43 par Arwel

» Arrivée De Keyne De Troie
Jeu 26 Aoû - 17:24 par Arwel

» Arrivée de xyphos
Jeu 18 Juin - 12:14 par xyphos

» La Gazette Dauphinoise du 22 février 1457
Dim 22 Fév - 17:20 par Arwel

» Arrivée de kevin4310
Sam 24 Jan - 14:09 par Arwel

» Arrivée de Guilin
Mer 21 Jan - 19:00 par Guilin

» Gazette Dauphinoise du 17 janvier 1457
Dim 18 Jan - 4:11 par Arwel

» Selrach arrive !
Dim 28 Déc - 10:18 par Selrach


Partagez | 
 

 Gazette Dauphinoise de décembre 1456

Aller en bas 
AuteurMessage
Arwel
Co-directrice
Co-directrice
avatar

Nombre de messages : 316
Date d'inscription : 27/08/2008

MessageSujet: Gazette Dauphinoise de décembre 1456   Mer 17 Déc - 16:32


Edition dauphinoise du 17 décembre de l'an 1456

Edito


Chères lectrices, chers lecteurs,

nous vous présentons avec plaisir le numéro de décembre de la Gazette. Nous en profitons pour vous souhaiter un joyeux Noël et de bonnes fêtes de fin d'année !

Vous retrouverez dans ce numéro les événements marquants de la vie de notre Duché rapportés par nos fidèles journalistes que je remercie ici pour leur collaboration active.

L'équipe de la Gazette en profite pour vous rappeler que toute personne qui voudrait la rejoindre est la bienvenue !

Bonne lecture !

La Direction


Sommaire

Le Dauphiné

Politique

Entretiens avec le Gouverneur et quelques Conseillers Ducaux

Evénements

Nouvel Etat de Siège en Lyonnais Dauphiné
Funérailles de deux anciens gouverneurs du Lyonnais Dauphiné


Cérémonies

Cérémonie d'ouverture de la Place des Evergètes
Cérémonie de l'Ordre de Saint-Georges


Concours

Résultats du Concours des Pélerins pour le Lyonnais Dauphiné, de la première Edition du Lion d'Or, du Grand Concours d'écriture Ducal

Sport

La Quatrième Coupe de Soule Royale


Dié

Politique

Entretien avec le maire actuel Demons
Campagne municipale d'octobre 1456



Embrun

Politique

Composition du Conseil Municipal

Animation

Les Citoyens d'honneur


Autres villes

Nous recrutons toujours !


Divers

Recette

Origine médiévale d'une expression de la langue française

Poésie

Les troubadours dauphinois


Dernière édition par Arwel le Sam 17 Jan - 12:56, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arwel
Co-directrice
Co-directrice
avatar

Nombre de messages : 316
Date d'inscription : 27/08/2008

MessageSujet: Gazette Dauphinoise du 17 décembre 1456 partie 2   Mer 17 Déc - 17:01

Le Dauphiné

Politique


Entretiens avec des conseillers ducaux


Les élections ducales approchent. Nous voici maintenant à la fin du mandat du XXe Conseil Ducal du Lyonnais-Dauphiné.

A cet effet, en exclusivité sur la Gazette Dauphinoise, vous allez pouvoir lire ou vous faire lire les paroles des derniers élus. Ils seront interrogés sur différents sujets selon leur fonction.

Commençons par un entretien réalisé avec le Duc Hardryan.

Citation :
Pouilleux : Bonjour et merci d'avoir accepté cet entretien. Pouvez-vous tout d'abord vous présenter aux lecteurs de la gazette Dauphinoise ?

Hardryan : Je m'appelle Hardryan, j'ai été maire à sept reprises, je suis diacre de Briançon, j'ai été CaC pendant un demi-mandat, j'ai été prévôt au dernier mandat, je suis soldat de l'ost - coutilier depuis plus d'un an ce qui est sans doute un record qui s'explique par mon implication dans la politique municipale et ducale ainsi que quelques mois passés en Bretagne à guerroyer et à fréquenter la maison de soins de Fougères pour la plupart de mon temps passé là-bas, je suis officier de l'Ordre de Saint-Georges et je n'hésite pas à m'impliquer dans les activités au niveau ducal ou municipal quand j'ai le temps. J'ai une femme charmante que j'adore, Alwen, et nous avons deux filles, Flora sept ans, Lou un peu plus d'un an et le troisième qui vient d'arriver, Ewen.

P : Que ressentez-vous après presque un mandat au poste de gouverneur ?

H : Que j'en ai appris beaucoup, qu'il m'en reste beaucoup à apprendre, que ça vaut pour tout le monde.

P : Quelles sont le plus grandes découvertes que vous avez faites ?

H : Je préfère ne rien dire, c'est pas beau.

P : Quel a été votre sentiment lors des cérémonies officielles qui ont suivies votre élection, et comment avez-vous vécu les négociations pour le poste de Duc ?

H : J'ai eu le sentiment que ça durait longtemps et qu'il faudrait limiter ça. Les négociations pour le poste de Gouverneur je les ai vécues comme un enfer.

P : Parlons maintenant du Duché. Est-ce important pour le Conseil de remonter le prestige jusqu'à son apogée, atteinte il y a quelques mois ?

H : Non ça ne l'est pas. Ce n'est surtout pas nécessaire puisque nous ne sommes pas en guerre. Pour le moment nous nous maintenons, ce qui répond à nos besoins.

P : On peut aisément remarquer que le Bailli a du mal à trouver assez de Points d'Etat dans le domaine des institutions. Ne serait-ce donc pas une solution ?

H : Encore faut-il penser au coût que cela implique de remonter le prestige à 4 ou 5 étoiles par rapport au coût qu'implique celui d'embaucher des fonctionnaires pour un prestige de 3 étoiles. Pour le moment, le bailli se débrouille quand même et parvient à recruter. Mais dans l'idéal ce serait mieux si les fonctionnaires se faisaient plus nombreux à offrir leurs services. Cette semaine était spéciale en raison de cours de langue donnés à l'université, plusieurs fonctionnaires de l'État en ont profité pour s'avancer dans ce domaine et cela a créé quelques soucis à notre bailli. Je crois tout de même qu'il y a de la sensibilisation à faire pour augmenter l'offre de service des fonctionnaires.

P : Merci. Sur le plan général, quelle sont les principales actions de votre mandat ?


H : Nous avons tenté de redresser les finances en y allant d'une meilleure gestion de nos mines ainsi que d'une promotion accrue de celles-ci.
Toujours quelques petites modifications au niveau des lois ... nous travaillons aussi en ce moment sur une façon d'assurer une continuité et donc un meilleur suivi au niveau de l'économie et du commerce, nous regardons aussi pour de petites réformes en ce qui a trait à nos communications ainsi qu'au niveau de la prévôté, le suivi et le paiement des soldes nous occupent toujours, il faut faire attention pour trouver un juste milieu entre notre capacité de payer et ce qu'il y a à payer alors que nous sommes toujours dans l'attente des remboursements des frais de guerre de Bretagne par le Roy.


P : Quelle politique est adoptée avec les Duchés voisins ?

H : Une politique de bon voisinage dans le respect de notre alliance avec la couronne. Nous avons de bonnes relations avec les duchés voisins, qu'ils fassent partie du Royaume ou du SRING, ce qui est à notre avantage.

P : Avez-vous un message pour nos lecteurs ?

H : Je leur dirais bien d'aller à la mine de temps en temps! Et pour les érudits d'offrir leurs services à l'université ! ... Sinon je dirais à tous de ne pas hésiter à s'impliquer dans la vie de leurs villes et de s'investir au sein de l'une ou l'autre des instances ducales, de ne pas hésiter à dire ce qu'ils pensent, que ce soit auprès des conseillers ducaux ou des maires ou à l'Assemblée du Peuple qui sera très certainement fonctionnelle en janvier. ... C'est tout... Pour le moment... De joyeuses fêtes à tout le monde, la paix d'esprit, le duché est entre de bonnes mains.

P : Encore merci d'avoir accordé à la Gazette cet entretien. Vous pourrez lire notre article dans le numéro de décembre 1456. Au revoir !

Voici un entretien réalisé avec le Commissaire au Commerce, Bastien d'Amilly, dict Sagaben.

Citation :
Pouilleux : Tout d'abord, bonjour, et merci d'avoir accepté d'accorder un entretien à la gazette dauphinoise. Je rappelle aux lecteurs que vous êtes Diois, avez déjà été Commissaire au Commerce avant ce mandat, et avez passé deux mois à la tête du Conseil Ducal. Quelque chose à ajouter ?

Sagaben : Cela résume bien mon activité au niveau du Conseil ducal. J'ai touché un petit peu aussi à la fonction de Bailli et à celle de Commissaire au Commerce. A côté de cela, ma branche de prédilection reste la diplomatie.

P : Avez-vous une occupation attrayant à la diplomatie ?

S : Oui, je suis depuis plus d'un an ambassadeur en Orléans. Fonction que j'ai dû abandonner quelques temps pendant et après mon mandat de gouverneur. L'intérim a été brillamment exécuté par messire Kederick de Saint-Prigent. J'ai également été récemment nommé Vice-Chancelier.

P : J'aimerais maintenant vous demander quel est votre sentiment personnel, après ce retour au poste de CaC que vous semblez chérir ?

S : Normalement, je n'aurais pas dû l'être, n'ayant pas été élu au Conseil ducal ce mandat. Mais les circonstances ont fait que j'ai "hérité" de ce poste. Mon premier sentiment fut l'étonnement. Il fut remplacé rapidement par une volonté de faire au mieux. Je ne vous cache pas que le poste de CaC est difficile et fort prenant. La motivation est donc aussi quelque chose d'important.

P : Je vais maintenant aborder la question économique. On parle dans le Duché d'un état critique des finances ducales. Qu'en est-il du point de vue de celui qui est le plus concerné par la question économique ?

Sagaben sourit.

S : Je dirais que les finances ducales ne sont pas dans leur meilleure forme. Différentes mesures furent prises depuis les nouvelles dépenses, que tout le monde connaît. Toutes ont eu leurs avantages et leurs inconvénients et leurs différents initiateurs continueront à les défendre contre les opposants. Je pense cependant, toute proportion gardée, que nous pouvons espérer un rétablissement progressif. Je ne vous apprends pas non plus que le duché a pris du retard sur les soldes de l'ost depuis la dernière campagne en Bretagne. Les remboursements promis par le Roy n'arrivant pas, nous devons faire au mieux pour ménager nos finances et ledit remboursement.

P : Pouvez-vous me parler plus en détail des mesures prises ?

S : Nous avons tenté avec le bailli, dame Nynaeve, et la collaboration du sieur Phelim, de constituer un budget pour le duché ; budget auquel nous allons tenter de nous tenir. Nous allons également tenir compte du retard des livraisons de minerais. En effet, nous exportons du minerais, mais les contrats ne tombent pas au jour le jour. En résulte un retard dans nos recettes. Si ce retard est pris en compte, il nous sera plus aisé de remonter les finances, rembourser les soldes et reprendre une politique d'aide plus importante encore des villes. Une forte demande en minerai de fer actuellement, nous permet de ne pas avoir trop de problème pour l'exportation.
Parallèlement, une politique de valorisation des mines est en place et fortement suivie par le commissaire aux mines. Le Conseil ducal tout entier est très sensible à ce sujet. Celle-ci fait suite au changement de chemin pour accéder aux mines.


P : Vous avez abordé le retard du remboursement dû par le Roy. Pouvez-vous en parler plus précisément ?

S : Il y a de cela 7 mois, la Bretagne attaquait le Domaine Royal. Suite à cela, Sa Majesté décréta la levée du ban ; une mobilisation générale de ses vassaux. Le Lyonnais-Dauphiné, fidèle parmi les fidèles, répondit positivement et envoya une armée, sous la conduite du sieur Nestor, pour aider le Roy. A l'époque, il fut convenu que les frais, en tout cas une grande partie, seraient pris en charge par le domaine royal. Ce point fut cependant sujet à caution plus tard. Nous réclamons encore régulièrement ce dédommagement à l'Intendance royale. Mais la chose prend beaucoup de temps.

P : A combien approximativement s'élève cette somme ?

S : La solde d'un soldat est approximativement de 18 écus (soit, en général, un morceau de viande). Vous la multipliez par 45 soldats, et par un minimum de 60 jours de mobilisation initiale. Je vous laisser calculer... (Les chiffres de mobilisation sont ici pour l'exemple)

P : Changeons de sujet. Quelle politique adoptez-vous sur le plan des échanges avec les Mairies et les autres Duchés ?

S : Actuellement, ma politique est d'aider un maximum les maires selon leurs demandes et leurs besoins. Ils sont maîtres dans leurs affaires, mais je suis là pour les aider. Je leur rachète quotidiennement le blé nécessaire pour la naissance des animaux et hebdomadairement la viande servant aux repas des conseillers ducaux. J'ai déjà évoqué le commerce du minerais qui est très suivi, le fer étant également vendu aux mairies. Par des contacts réguliers avec les CaC des autres duchés et des maires des villes voisines, je prospecte également pour l'exportation des surplus de nos villages.

P : Comme la farine, qui envahit nos marchés ?

S : Par exemple. Mais le problème de la filière des céréales dépasse malheureusement notre duché. Leur exportation est ainsi rendue très difficile.

P : Pour finir, avez-vous quelque chose à dire aux lecteurs de la Gazette dauphinoise ?

S : Qu'ils peuvent être assurés qu'il y a au Conseil ducal des personnes qui sont à leur service. Qu'il ne faut pas hésiter à les interpeller malgré le fait que l'économie ducale est une matière bien difficile. Je suis personnellement ouvert à la sollicitation des habitants qui peuvent sans problème m'envoyer des pigeons pour une demande quelconque.
Pour terminer, je rappellerais que les mines sont une ressource importante du duché et que leur fréquentation est vitale pour l'économie ducale.


P : Merci pour toutes ces réponses, et à bientôt. Vous pourrez lire cet article dans le numéro 4 de la Gazette, en décembre.

Nous avons également réalisé pour vous un entretien avec le Commissaire aux Mines, Ecaterina.

Citation :
Pouilleux : Tout d'abord, merci d'avoir accepté cet entretien avec la Gazette Dauphinoise. Pouvez-vous pour commencer vous présenter à nos lecteurs ?

Ecaterina : Bien entendu.. Je suis Monseigneur Ecaterina de Sevillano, Archevêque métropolitain d'Embrun et pour ce mandat le CAM du Dauphinois.

P : Est-ce votre premier mandat au Conseil ducal ?

E : Dans le Conseil Ducal du Dauphinois oui.

P : Vous avez déjà été Conseillère dans d'autres contrées ?

E : Oui en effet, dans le duché de Lorraine; où j'ai été Chancelière de Lorraine.-
CAM de Lorraine- Prévôt des Maréchaux de Lorraine-.


P : Vous avez déjà durant ce mandat été remplacée au poste de Commissaire aux Mines par dame Isabeau. pouvez-vous nous en dire plus ?

E : J'ai été obligée de m'absenter quelques jours pour des raisons familliales et donc afin qu'il n'y ait aucun probléme, Dame Isabeau m'a remplacée et a fait un très bon travail durant mon absence. J'ai repris mon poste depuis le 20 novembre, après 5-6 jours.

P : Changeons de sujet. La campagne que fait le Conseil Ducal à propos des mines a-t-elle profité ?

E : La journée mines à 16 écus a été une bonne chose, et le conseil ducal continue de réfléchir à la mise en place d'opération de sensibilisation. Pour parler en mon nom propre, je trouve un peu dommage qu'il faille augmenter les salaires miniers et donc les bénéfices des Dauphinois pour que ceux-ci se déplacent en masse aux mines. La question minière doit être une question collective, car de bonnes mines profitent à tous..

P : Le Conseil a-t-il trouvé des solutions pour le faire comprendre ?

E : Nous avons mis en place dans chaque ville un bureau minier afin que les gens viennent poser des questions. Nous avons sensibilisé les dauphinois au travail à la mine. Avons-nous fait assez ? Non, nous ne ferons jamais assez, quel que soit le conseil ou les personnes, car ce qui parle en tout premier lieu aux gens c'est le nombre d'écus dans leurs poches. Cependant, le Conseil ne souhaite pas avoir une politique minière démagogue mais pérenne et réaliste. Donc nous augmenterons moins vite que certains le souhaitent mais nous ferons tout pour que tout le monde y gagne. Trop augmenter serait risqué pour le duché et ses finances. Ensuite la politique minière n'est pas figée ni finie et le conseil recommencera à tenter de faire comprendre aux Dauphinois que travailler aux mines c'est travailler pour le duché et pour soi-même.

P : Vous semblez être en colère contre la mentalité des Dauphinois.

E : Mes propos vous ont-fait pensez cela, j'en suis navrée. Je ne suis pas en colère et je ne juge pas. Nous sommes tous pareils, nous voyons le monde selon nos besoin et nos envies. Les Dauphinois ne sont pas de mauvais citoyens, ils sont comme les autres citoyens des autres contrées, occupés et préoccupés par leurs problèmes, et donc moins sensibles ( non par envie mais par lassitude) aux problémes plus globaux.

P : Bien, merci pour ces réponses. En espérant que les Dauphinois finiront par être assidus à la mine !


Dernière édition par Arwel le Jeu 18 Déc - 16:37, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arwel
Co-directrice
Co-directrice
avatar

Nombre de messages : 316
Date d'inscription : 27/08/2008

MessageSujet: Re: Gazette Dauphinoise de décembre 1456   Mer 17 Déc - 17:07

Pour finir cet article, voici les dires du porte-parole, Messire Mirandor.

Citation :
Pouilleux : Bonjour et merci d'avoir accepté cet entretien. pouvez-vous vous présenter aux lecteurs de la Gazette ?

Mirandor : Bonjour. Je m'appelle Mirandor, actuellement Porte-Parole du Lyonnais-Dauphiné. J'ai par ailleurs été bien longtemps conseiller municipal, et j'ai même effectué un mandat à la Mairie de Dié.

P : C'est votre premier mandat au Conseil Ducal. Comment le vivez-vous ?

M : Je dois dire que c'est une expérience formidable... C'est très formateur, et cela permet de voir énormément de sujets différents auxquels on n'a pas forcément l'occasion de s'intéresser.
Je suis Porte-Parole, mais avant tout Conseiller Ducal, et en ce sens il faut pouvoir intervenir sur tous les sujets traités. Ce n'est pas encore tout à fait mon cas, j'ai beaucoup à apprendre encore, mais je fais de mon mieux pour y parvenir...


P : Est-ce un gros travail de porter la parole du Conseil ? Des petites annonces festives aux annonces primordiales pour la communication ?

M : Oui, c'est un gros travail... particulièrement à certains moments, où il y a plein d'événements ou modifications de textes à annoncer... Je suis également chargé d'organiser certaines cérémonies, comme par exemple l'ouverture officielle de la Place des Evergètes...
Mais bon, je n'ai certainement pas plus de travail que les autres, et je salue mes collègues qui font un travail formidable pour améliorer les conditions de vie de tous les Lyonnais-Dauphinois...


P : Parlons justement de la Place des Evergètes. Celle-ci a-t-elle atteint le but recherché ?

*Mirandor réfléchit*

M : Et bien... A vrai dire, il est dommage que si peu de gens contribuent à ce projet, que je trouve véritablement primordial pour la bonne "santé" du Duché... Fort heureusement, nous avons eu 3 généreux donateurs que je remercie pour leur participation... J'espère qu'ils seront pris en exemple par d'autres et que nous pourrons alors récompenser des Evergètes tous les mois...

P : Pouvez-vous en dire plus sur l'évergétisme ?

M : Bien sûr ! L'Evergétisme est une tradition qui nous vient de nos Ancêtres de la Rome antique... Il s'agit d'un acte de don, que ce soit en écus ou en marchandise, que tout noble, notable, maire ou conseiller ducal peut faire au Duché... Tout donateur est appelé Evergète, et en récompense de leur don, le Duché leur dédie une salle : la Place des Evergètes...
Chaque mois, le Conseil Ducal attribuera une plaque gravée au nom du plus grand Evergète, qui sera exposée en cette Place, pour rappeler les bienfaiteurs et leurs faits...


P : Pouvez-vous maintenant nous parler de l'état de siège du Dauphiné ?

M : La décision de l'Etat de Siège a été prise suite à l'attaque du château de Reims par des brigands, ce qui s'est traduit par le vol d'une somme colossale ! Cet incident, qui montre la dangerosité des attaquants, nous a poussé à fermer les frontières, et à déclarer l'Etat de Siège... Car en effet, ces derniers avançaient vers les terres du Lyonnais-Dauphiné, et le Conseil ne pouvait pas laisser peser une si lourde menace sur le Duché... Après une semaine d'Etat de Siège, le Conseil a décidé de prolonger cet état, les brigands étant toujours à proximité...


P : Qu'est-il prévu pour arrêter ces brigands ?

M : Tout d'abord, grâce à la fermeture des frontières, tout étranger au Lyonnais-Dauphiné doit demander un laisser-passer au Prévôt Phelim pour entrer dans le Duché, ce qui permet de limiter les risques... Ensuite, la sécurité du Duché a été renforcée dans toutes les villes, pour se protéger d'une attaque éventuelle...

P : Avez-vous un message à transmettre aux Dauphinois ?

M : Je dirais qu'il est très important pour tout Dauphinois de s'intéresser à la vie du Duché, au moins en prenant connaissance des annonces du Conseil... Il y a des informations très importantes - que ce soit sur la fréquentation des mines ou sur les modification des textes - et chacun est invité à réagir sur ces annonces, soit en m'envoyant un courrier, soit en venant en Salle de Doléance.
Par ailleurs, les Lyonnais-Dauphinois disposent maintenant d'une assemblée - l'Assemblée du Peuple - qui leur permet de participer plus facilement et plus activement à l'évolution de notre Duché... J'espère donc qu'ils seront nombreux à venir participer aux différents débats lorsqu'ils seront lancés...


P : Merci pour ces réponses. Vous pourrez lire notre article dans le numéro de décembre 1456.


Antoine de Navarre, dit Pouilleux



Evénements


Nouvel Etat de siège dans le Lyonnais Dauphiné

Notre Duché a à nouveau fait l'objet d'un état de siège qui a débuté le 24 novembre 1456 et a pris officiellement fin le 13 décembre 1456, du fait d'une recrudescence de brigands. L'occasion pour nous d'évoquer l'histoire de la grande criminalité dans le Lyonnais Dauphiné.

Savoir distinguer brigands, truands, mercenaires et bandits en tous genres

Le mercenaire est un combattant venu d'ailleurs, n'ayant aucune part dans le conflit dans lequel il intervient, si ce n'est une rémunération bien supérieure à celle des soldats de l'armée régulière.

Le truand est un terme qui désigne le traditionnel criminel citadin. A l'origine, on donne ce nom aux vagabonds qui vivent de la mendicité. Truander signifie "mendier" mais également "faire des friponneries". Le mot truand permet d'évoquer le gueux appartenant à une bande de misérables constituée de criminels évadés, de mercerots, de colporteurs de contrebande ou de marchands ambulants, de mendiants ...

Le brigand désigne le traditionnel criminel rural. Le brigandage n'est pas uniquement l'apanage des serfs en révolte contre leurs seigneurs, des paysans affamés par les famines ou par les guerres, des soudards en mal de combat après les conflits, mais également celui de barons ou de seigneurs qui n'hésitent pas à détrousser les marchands qui osent s'aventurer sur leurs terres.

Le bandit appartient à la grande criminalité. Le banditisme est l'affaire de bandes de soldats d'aventure qui marchent sous une bannière. Ce sont en fait des mercenaires qui, une fois les conflits pour lesquels ils sont rémunérés terminés, pillent pour leur propre compte. Ces bandes sont connues sous les noms de Brabançons, Malandrins, Cotereaux, Routiers, Ecorcheurs, Tard-Venus ... On nomme également ces bandes les Grandes Compagnies.

Les Grandes Compagnies et le Lyonnais Dauphiné

Les Grandes Compagnies sont donc des bandes d'aventuriers venues à la demande de seigneurs désireux de s'offrir leurs services lors des guerres, mais lorsque la paix revient, elles pillent et rançonnent les contrées.

En Lyonnais, plusieurs Grandes Compagnies se sont réunies sous le nom de Grande-Compagnie de Tard-Venus, qui signifie "venus après d'autres". Cette Compagnie réunit jusqu'à 15000 hommes. Les Tard-Venus, d'origines très disparates, sont des mercenaires qui ont désolé le Lyonnais Dauphiné et d'autres contrées du Royaume de France, suite au Traité de Brétigny qui négocie la libération du Roi Jean II le Bon, capturé par les Anglais, après la défaite de Poitiers, lors de la Guerre de Cent Ans.

Le Lyonnais Dauphiné a été envahi et dévasté par les Tard-Venus entre 1360 et 1365. La ville de Lyon a été menacée à de nombreuses reprises au cours de ces années, notamment en 1362, lorsqu'ils se sont emparé des chateaux de Rive-de-Gier et de Brignais, à quelques kilomètres au sud de Lyon. Le Comte de Tancarville, le Comte de La Marche, Jacques de Bourbon et son fils, Pierre de Bourbon ont levé une grande armée afin d'essayer de reprendre Brignais aux Tard-Venus, mais ils ont subi une cinglante défaite et nombre de seigneurs n'ont pas survécu. Suite à cela, les Tard-Venus, sous la direction de Seguin de Badefol, étendent leur action jusqu'en Franche-Comté, pour revenir ensuite dans le Lyonnais afin de s'emparer d'Anse, le 1er novembre 1364, qui sera rendue à Urbain V contre une forte rançon et l'absolution. Seguin et sa Compagnie ont ensuite quitté le Lyonnais pour la Navarre où le grand bandit mourra d'un empoisonnement commandité par Charles II de Navarre.


Arwel


Funérailles de Francesca-Amalya d'Avencourt la Pieuse, XIIe Gouverneur du Lyonnais Dauphiné, et de Charles de Macquart le Preux, VIIIe Gouverneur du Lyonnais Dauphiné

Les funérailles de nos deux anciens Gouverneurs, Freyelda et Carnil, se sont déroulées en la cathédrale de Vienne par une froide journée de décembre. Nombre de Dauphinois, nobles ou non, et nombre de notables extérieurs au Duché sont venus saluer leurs dépouilles.

Il vous est encore possible de rendre un dernier hommage à ces honorables défunts en vous rendant en ce lieu :

Funérailles de Carnil et de Freyelda

Arwel



Cérémonies


Cérémonie d'ouverture de la place des évergètes

L'évergétisme en Lyonnais-Dauphiné


L'évergétisme est un acte de don qui est surtout attaché à l'époque de l'Empire Romain. Celui qui faisait acte d'évergétisme était appelé évergète. En général, il faisait de grand travaux d'intérêt public : construction de cirque, de théâtre, organisation de grandes fêtes également. Il faut comprendre que ces évergètes ne sont pas de simples citoyens, ce sont souvent de riches aristocrates, en magistrature ou au sénat de la ville.
Après leurs actes d'évergétisme, la ville les remerciait fréquemment en commémorant leur nom, sur le Forum, d'une plaque avec une gravure indiquant les faits de l'homme, également surmontée d'une statue pour les plus prestigieux. Mais pas seulement : ils recevaient également des faveurs, des avantage sur impôts, sur des droits comme le droit militaire ... ou autre !

L'évergétisme, créé en Lyonnais-Dauphiné par le prévôt Phelim et le Maréchal de France Salah ad'Din, permet aux Maires, Conseillers ducaux, notables et nobles de faire un don au Duché.

Ainsi, cette place des évergètes permet aux généreux donateurs d'être reconnus au sein de la population du Lyonnais-Dauphiné. En effet, chaque mois, le donateur ayant donné le plus au Duché se verra attribuer une plaque, éternellement ancrée, autant dans le périmètre de la place des évergètes que dans nos mémoires.

La cérémonie des Evergètes

A l'occasion de la première cérémonie des évergètes, un somptueux banquet a été réalisé par le Porte-parole, Mirandor. Bien que certains nobles et notables n'aient pas jugé utile de se rendre à la place des évergètes, bien des personnages importants sont venus rendre hommage aux évergètes, tels que Mirandor, Porte-parole du Conseil ; Feanaro, Capitaine de l'Ost dauphinois ; Phelim, Prévôt des Maréchaux ; Alixe, Dame de Deneuvre ; Demons, Baron de Salerans ; Nynaeve, Bailli ; Dame Isabeau, Procureur ; Hardryan, Duc du Lyonnais-Dauphiné ; Ka de Brugeliete, Conseiller Ducal ; Elorane, Vicomtesse de Crest, ancienne Duchesse du Lyonnais-Dauphiné ; Sagaben, Commissaire au Commerce.

Plusieurs journalistes de la Gazette dauphinoise étaient présent, tels que la Co-directrice, Arwel, et votre serviteur.

Au cours de la cérémonie, l'évergète du mois avait été nommé. Il n'était autre que Demons, Baron de Salerans, Chancelier de l'Ordre de Sainct-Georges. Celui-ci nous dévoile ses impressions.

"Eh bien disons que cela était une surprise, mon but était d'aider le duché, mis à mal avec les dernières réformes économiques royales, sans vraiment penser à la récompense. En tout cas je suis très heureux de recevoir cette disctinction, j'espère que cela donnera l'envie à nos nobles d'aider le duché à leur manière." déclare l'évergète.

Bien qu'ayant donné la grande somme de 1000 écus, il est probable qu'il "refasse un don le mois prochain mais surement pas à la hauteur du dernier." On ne vous en demande pas temps, Messire Demons ! Félicitations, dans tous les cas, pour cet état d'esprit !

En espérant que, le mois prochains, beaucoup, à l'instar du Baron de Salerans, aideront au développement du Duché !

Antoine de Navarre, dit Pouilleux


Cérémonie de l'Ordre de Saint-Georges

Le maître de cérémonie était le Chancelier de l'Ordre de Saint-Georges, Demons, Baron de Salerans. Cette cérémonie a pour fonction de récompenser les mérites des Dauphinois pour leur investissement dans la vie du Duché. Ont été mis à l'honneur en ce jour, Dame Elorane et Messire Argael dans le domaine de la politique ducale ou municipale, de l'économie, de l'administration, de la justice, de la connaissance ou des arts, ainsi que Messire Headkro, Dame Lady Antlia et Messire Shadowofdead dans le domaine de la défense des intérêts extérieurs du Duché, ou du service rendu aux Compagnies d'Ordonnance du Lyonnais Dauphiné.

Voici les récompenses qui ont été décernées :

- Headkro, parrainé par Messire Zwyrowsky a été fait Croix de l'Ordre de Saint-Georges et membre du collège de l'épée.

- Argael, accompagné de sa marraine Dame Umiko, a été fait Officier de l'Ordre de Saint-Georges et membre du collège des notables.

- Lady Antlia, parrainée par Messire Samarel a été faite croix de l'Ordre de Saint-Georges et membre du collège de l'épée.

- Elorane, parrainée par Messire Salah ad'Din, a été faite Officier de l'Ordre de Saint-Georges et membre du collège des notables.

- Shadowofdead, parrainé par Messire Nestor, a été fait Croix de l'Ordre de saint-Georges et membre du collège de l'épée.

Cette cérémonie a été ponctuée par l'intervention du Gouverneur, Messire Hardryan qui a rendu hommage aux mérites des cinq Dauphinois honorés.

Arwel


Dernière édition par Arwel le Jeu 18 Déc - 16:37, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arwel
Co-directrice
Co-directrice
avatar

Nombre de messages : 316
Date d'inscription : 27/08/2008

MessageSujet: Re: Gazette Dauphinoise de décembre 1456   Mer 17 Déc - 22:52

Résultats des concours


Trois concours vous ont été proposés au cours du mois de novembre dernier, il est donc temps pour nous de vous informer de leurs heureux gagnants.

Le Concours des Pèlerins pour le Lyonnais Dauphiné

Seuls Lavoyageuse et Francky38 ont participé à ce concours qui consistait en la création d'une oeuvre ayant pour thème le pèlerinage de Bourges. L'heureux vainqueur de ce concours est Francky38. Il s'est donc vu attribuer un lot de 10 miches de pain.


Première Edition du Lion d'Or

Quatre artistes ont réalisé des oeuvres ayant pour thématique le lion. Dame Draguione a proposé un tableau qui a été exposé Quai Saint-Antoine, Dame Aredhel a également peint un tableau qui a pu être contemplé dans les Halles de Lyon, Messire Maccornell s'est illustré avec un lion en fer forgé qui a été placé rue Mercière et enfin, le tableau de Dame Isilween était visible Place de Saint-Jean. Suite à cette exposition dans les rues lyonnaises, le public a voté et c'est donc le tableau de DameAredhel qui a remporté les suffrages.
Dame Aredhel a reçu le titre de "Talent de la ville de Lyon" et s'est vu remettre la médaille du Lion d'Or par Dame Elorane, Vicomtesse de Crest , actuel maire de la ville de Lyon.

Vous pouvez encore admirer les oeuvres présentées en empruntant le chemin qui suit :

Première Edition du Lyon d'Or


Grand Concours d'écriture ducal

Un grand concours d'écriture s'est déroulé dans notre Duché, sous la houlette d'un jury composé des Dames Isilween, Marrana, Zoyas, Ecaterina. Les lots mis en jeu sont pour le premier, une chemise, une viande et trois pains, pour le deuxième, une paire de braies, un couteau et quatre pains, pour le troisième, un panier garni composé de quatre légumes, trois pains et une viande.

Liste des participants :

- Kevin4310 (Lyon)
- Pénélope (Vienne)
- Lavoyageuse (Vienne)
- Le_troll (Vienne)
- D@rk_sh@adow (Briançon)
- Merwyn (Briançon)
- Seigneur-Mort (Valence)
- Herwan (Embrun)
- Manu (Embrun)
- Botta (Embrun)
- Zoyas (hors concours)

Nous ne sommes malheureusement pas en mesure de vous communiquer les résultats de ce concours qui n'ont pas encore été rendus publics. Nous les publierons dès qu'ils seront disponibles, merci de votre compréhension.
Pour patienter, nous vous invitons à aller lire les histoires composées par les participants par là ...

Grand Concours d'écriture Ducal

Arwel


Sport

La Quatrième Coupe de Soule Royale

Le premier tour de la Quatrième Coupe de Soule Royale est actuellement en cours. Nous allons donc vous faire part des résultats des matchs qui ont déjà eu lieu.

Groupe 1

- Lisieux (Normandie)
- Briançon (LD)
- Calais (Artois)
- Montélimar (LD)
- Conflans-Lès-Sens (Champagne)

Groupe 3

- Vienne (LD)
- Patay (Orléans)
- Nevers (Bourgogne)
- Sarlat (PA)
- La Trémouille (Poitou)

Groupe 4

- Chambéry (Savoie)
- Dié (LD)
- Murat (BA)
- Pontarlier (FC)
- Castres (Toulouse)

Groupe 5

- Compiègne (Champagne)
- Anvers (Flandres)
- Valence (LD)
- Ghent (Flandres)
- Sémur (Bourgogne)

Calendrier :

Groupe 1 :

- Lisieux (Normandie)
- Briançon (LD)
- Calais (Artois)
- Montélimar (LD)
- Conflans-Lès-Sens (Champagne)

1ere journée :

Briançon - Conflans :

Après un match relevé, Conflans a remporté la rencontre face à l'équipe de Briançon en trois tour et empoche 5 points.

Calais - Lisieux

Calais a remporté le match malgré les nombreux blessés, Lisieux ne s'est pas laissé faire, au final, Calais prend 5 points, mais Lisieux réussi à en encaisser 1 aussi pour sa combativité.

2eme journée :

Conflans - Calais

Conflans a réussi à emporter la victoire après un match assez long, mais Calais a dû baisser les bras, vu les blessés. Conflans n'a eu que 4 points pour cette victoire, puisque Calais ne s'est tout de même pas laissé écraser !

Lisieux - Montélimar

Voilà une belle équipe dauphinoise ! Une victoire rapide contre Lisieux, malgré un blessé qui leur permet de récolter 5 points !

3eme journée :

Calais - Montélimar

Deuxième match pour Montélimar et deuxième victoire ! Des blessés des deux côtés, un match engagé, mais les Nougaties ont réussi à prendre le dessus sur Calais et ils prennent 4 nouveaux points. Bravo !

Lisieux - Briançon

Les deux équipes se sont motrées très offensives, les coups ont fait légion des deux côtés, mais au final, c'est l'équipe dauphinoise qui a atteint le but de Lisieux, encaissant 4 points, bravo !

4eme journée :

Briançon - Calais

Calais a rapidement pris le dessus sur Briançon lors de cette partie, mais l'équipe dauphinoise a su distribuer les coups, ce qui lui a permis d'empocher 1 point malgré la défaite, tandis que Calais a pris 5 points pour cette rapide victoire.

Montélimar - Conflans

Au terme d'un match assez long et engagé, Montélimar a su conquérir le but de Conflans. L'équipe dauphinoise a donc pris 4 points et celle de Conflans 2 pour sa capacité à résister et pour sa propension à distribuer les coups ! Bravo les Nougaties !

5eme journée :

Conflans - Lisieux

(match à venir)

Montélimar - Briançon

(match à venir)

Groupe 3

- Vienne (LD)
- Patay (Orléans)
- Nevers (Bourgogne)
- Sarlat (PA)
- La Trémouille (Poitou)

Vienne n'ayant apparemment pas pris part à la Coupe, nous ne rapporterons pas les résultats de ce groupe qui n'ont désormais plus grand intérêt pour les Dauphinois.

Groupe 4

- Chambéry (Savoie)
- Dié (LD)
- Murat (BA)
- Pontarlier (FC)
- Castres (Toulouse)

1ere journée :

Pontarlier - Castres

Un match qui a duré, malgré les nombreuses blessures du côté de Castres qui a su faire preuve de stratégie et pénétrer la défense de Pontarlier pour planter la soule dans son but. Castres empoche donc 4 points et Pontarlier 1 point pour son habileté à distribuer les coups !

Murat - Chambéry

Les Sangliers de Murat ont rapidement remporté ce match contre Chambéry. Cela leur a permis de s'offrir 5 points.

2eme journée :

Castres - Murat

Quelques blessures de part et d'autre, mais Murat s'est rapidement rendue maîtresse du jeu, a conquis le terrain de Castres, pour planter la soule dans le but adverse, remportant au passage 5 points.

Chambéry - Dié

Un match rapide pour Chambéry qui a retourné l'équipe de Dié assez vite. Nos pauvres Diois se sont laissé surprendre, laissant Chambéry prendre 5 points.

3eme journée :

Murat - Dié

Un match engagé des deux côtés, agrémenté de blessures de part et d'autre, malheureusement, notre équipe dauphinoise a essuyé une nouvelle défaite et les 5 points de la victoire ont échu à Murat.

Chambéry - Pontarlier

L'équipe de Pontarlier a rapidement conquis la moitié de terrain de Chambéry, pour filer droit vers le but. Malgré un joueur blessé, Pontarlier a su prendre les 5 points qui s'offraient à elle.

4eme journée :

Pontarlier - Murat

(match en cours)

Dié - Castres

(match en cours)

5eme journée :

Castres - Chambéry

(match à venir)

Dié - Pontarlier

(match à venir)


Groupe 5

- Compiègne (Champagne)
- Anvers (Flandres)
- Valence (LD)
- Amiens (Artois)
- Sémur (Bourgogne)

1ere journée :

Amiens - Anvers

Anvers a affiché plus rapidement qu'Amiens une attitude conquérante, mais finalement, cette dernière a réussi à percer la ligne adverse pour filer vers le but d'Anvers. Amiens prend donc 5 points pour cette victoire.

Compiègne - Sémur

Compiègne a rapidement pris l'avantage sur Sémur, transperçant sa défense. Au final, 5 points pour Compiègne et un blessé pour Sémur !

2eme journée :

Anvers - Compiègne

(match à venir)

Sémur - Valence

(match en cours)

3eme journée :

Compiègne - Valence

(match à venir)

Sémur - Amiens

(match à venir)

4eme journée :

Amiens - Compiègne

(match à venir)

Valence - Anvers

(match à venir)

5eme journée :

Anvers - Sémur

(match à venir)

Valence - Amiens

(match à venir)


Composition de l'équipe de Briançon :

1- Lavitz
2- Ayorleo
3- Ka de brugeliete
4- Hardryan
5- Benorgon (benou)
6- Erril
7- Nyco
8- Argael
9- NDJ
10- Flyerstyle (cap)
11- Radoub

Infirmières : Alwen

Composition de l'équipe de Dié :

1- Arwel
2- Xias
3- Lebelier
4- Kernos
5- Espoire
6- Axel2fersen
7- Lotus
8- Feanaro
9- Raithuge
10- Madmaxikki
11- Edgared

Composition de l'équipe de Montélimar :

1 - Taliesen
2 - Diaboops (cap)
3 - Ulan
4 - Aldraien
5 - Narcimore
6 - Gerbo
7 - Grekoss
8 - Lapetitenadia
9 - Josselin
10 - Cossane
11 - Lady_Antlia

Composition de l'équipe de Valence

1 - Lightwarrior
2 - Xanaria
3 - Greza
4 - Karobase
5 - Youri.
6 - Wulfen (co-capitaine)
7 - Numalane (capitaine)
8 - Matom
9 - Ericx
10 - Guerrana
11 - Cderkharn


Arwel


Dernière édition par Arwel le Jeu 18 Déc - 16:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arwel
Co-directrice
Co-directrice
avatar

Nombre de messages : 316
Date d'inscription : 27/08/2008

MessageSujet: Re: Gazette Dauphinoise de décembre 1456   Mer 17 Déc - 23:08

Dié

Politique


Entretien avec Demons, ex-maire de Dié

Les élections municipales de Dié approchant, la Gazette dauphinoise a, pour vous, réalisé un entretien avec le Maire actuel, Demons.

Citation :
Pouilleux : Bonjour et merci d'avoir accordé cet entretien à la Gazette Dauphinoise. Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

Demons : Bonjour, je me nomme Damien de Salerans, plus connu sous le nom de Demons ou Dem's. Habitant de Dié depuis plus de trois ans, j'ai grandi avec la ville que j'apprécie par dessus tout.
Je suis un des boulangers de Dié et étudiant en médecine. Depuis quelques temps j'ai toutes les capacités médicales afin de soigner les maux connus. De formation judiciaire, je fais aussi partie de la cour d'appel de justice de notre royaume.


P : Avez-vous déjà oeuvré au Conseil Ducal ?

D : J'ai en effet été au conseil ducal en septembre 1454 puis durant les six premiers mois de 1455, cette expérience m'a permis de mettre mon potentiel au service du duché et m'a fait découvrir l'environnement judiciaire.

P : Et vous êtes Maire de Dié. Justement, parlons-en. Comment se porte la Mairie ?

D : Oui venons en aux faits, eh bien depuis la dernière réforme économique royale les finances de la mairie ont été mises à mal, mais actuellement la situation s'est stabilisée et je peux dire que la mairie se porte bien ! Mais la mairie n'est pas seulement une masse monaitaire, c'est aussi une institution au service des habitants et à Dié, actuellement le comité des fêtes marche bien ce qui permet à la halle d'avoir une bonne activité.
Si certaines filières de la ville sont acutellement surchargées vous pouvez être sur que la mairie cherche des solutions afin que tout le monde puisse vendre ses produit à un prix décent.


P : Les élections sont pour bientôt. Comptez-vous vous représenter

D : A vrai dire pour le moment je n'y ai pas réfléchi, ce qui m'intéresse c'est d'être à l'écoute des habitants de Dié et d'aider à faire grandir Dié. Si j'ai le temps et si les habitants de Dié me soutiennent, alors il sera probable que je me présente de nouveau.

P : Y-a-t-il quelque chose de prévu pour la fin de votre mandat ?

D : Les fêtes de Noël approchant il est fort possible qu'une surprise se profile mais je pense que ce sera plutôt prévu pour le mandat du maire prochain. En tout cas la mairie continue de travailler afin que le marché se porte bien.

P : Merci de toutes ces réponses. Avez-vous quelque chose à dire aux Diois ?

D : Je voudrais tout d'abord les remercier de leur confiance. Et surtout je voudrais leur demander de faire un bon acceuil à notre nouvel évêque qui arriva dans la semaine !

P : Merci encore et au revoir !


Antoine de Navarre, dit Pouilleux


Elections municipales de décembre 1456

Dié s'apprête à élire son nouveau maire, seuls deux candidants se sont présentés à la succession de Demons, Antoine de Navarre, dit Pouilleux et Tonydelavega. Nous vous communiquons leurs annonces faites en mairie au moment du dépôt de leur candidature, c'eût été dommage d'en priver nos lecteurs !

Annonce et programme de Pouilleux

Citation :
Bonjour à tous !

Me voilà de retour. Pour ceux qui se seraient posé la question (et que je remercie), les problèmes qui m'ont empêché d'assurer la gestion municipale durant ce mandat son résolus, et me voilà prêt à terminer l'année au poste de Maire.
Pour ceux qui ne me connaissent pas, je suis Antoine de Navarre, dit Pouilleux. Je suis actuellement Maire adjoint, et j'ai été Maire de Dié il y a un mois. Je suis Diois depuis maintenant un an et trois mois. J'ai assuré plusieurs mandats au Conseil municipal, je suis Banquier du Crédit Diois, étudiant voie de l'Etat, et membre du comité des fêtes de Dié, et du comité des fêtes ducales.

Bien entendu, je ne suis pas venu comme un voleur. J'ai préparé un programme, que je vous propose de lire.

* Création du poste d'un Conseiller au Commerce extérieur. Rôle habituellement tenu par le Maire ou le Maire adjoint, mais qui s'avère nécessiter plus de temps. En effet, notre marché s'écroule sous le poids de nos marchandises, et une personne employée pour trouver les bases des accords commerciaux ne serait pas de luxe.

* Promouvoir de toutes les façons possibles les entreprises mises en place par la Mairie. La banque et le partenariat sombrent dans l'oubli, et cela doit cesser.

* Racheter autant que possible les surplus, pour permettre aux Diois de vendre.

* Sur la continuité des actions ducales, favoriser les mines.

Merci à tous de votre attention.

Annonce de Tonydelavega

Citation :
Bonjour, je me présente à vous pour deux raisons, la première c'est pour faire concurence ( amicale) à Pouilleux ( eh oui il y en a qui aiment les risques !)
La deuxième parce que je suis fort, beau, riche et intelligent ( et pas trop orgueilleux). Je pense qu'il faut mettre un peu de jeunesse dans ce village ( quoique je ne sois pas bien jeune), redynamisons ensemble le village. Si vous avez des question vous pouvez m'envoyer un message ou vous me trouverez régulièrement en taverne. Je crois, enfin me semble, que dans toutes les élections le choix est difficile, toute sa vie on est contraint à faire des choix, et là encore on vous demande de faire un choix, un choix pour l'avenir, et choix pour le futur. Mais je vous le dis, il est vrai qu'on vous le dit souvent, qu'on vous le répète sans arrêt, tout va bien, ne craignez rien, l'économie va bien, on va s'en sortir,...mais moi je serai là pour vous le dire, tout va pas bien, on est dans le caca. Mais grâce à mes idées révolutionaires ça va changer. Je vais faire de vous des citoyens modèles, bien élevés et obéissants. Plus de crime, ou d'escroquerie, je ferai régner la loi, plus de crime impuni. Je vous le dis, euh, votez pour celui qui vous semble être un bon futur maire, pour moi quoi !


Comme je vous l'annonçais, cela aurait été dommage de vous priver d'un moment si plaisant ! Je vous ai fait grâce du programme qui est dans la même veine ...

Arwel


Embrun

Politique


Composition du Conseil Municipal


Bounette qui avait recueilli la majorité des suffrages exprimés soit 51.1% aux dernières éléctions municipales d'Embrun a fini la composition de son conseil municipal, le voici :

*Mairesse : Bounette

* Adjointe au Maire : Nynaève87
* [Tribun]Conseiller aux vagabonds : Gwendal59
* Conseilère au parrainage : Malae
* Garde Forestier : Thierrylafrance
* Conseillers à l'animation : Marrana , Isilween et Botta
* Conseillère Aux Paysans : Sarah_23
* Conseiller Aux Artisans : Gwendal59
* Conseillère à la religion : Ecaterina
* Responsable de la banque municipale : MacCornell et Malae
*Conseiller : Syl666

Sarah


Animation


Les Citoyens d'honneur

Il y a maintenant quelques semaines, Embrun a choisi ses citoyens d'honneur, des citoyens qui se sont investis pour leur village, qui l'ont aidé et l'ont aimé, pour certains, protégé. Chacun a reçu une médaille pour son investissement envers Embrun, voici donc les citoyens d'honneur d'Embrun :

- Felryn : Lieutenant de la prévôté depuis pas mal de temps, récompensé pour ses services rendus à Embrun et pour la protection qu'il a pu apporter.

- Bounette : Mairesse d'Embrun, elle gère la mairie depuis 4 mandats, toujours là pour son village avec une grande générosité.

- Fontvell : Ambassadeur en Champagne, il est un homme de confiance, il a également beaucoup fait pour son village et son duché, il a été conseiller ducal, maire pendant un mandat lors duquel il a remonté le budget d'Embrun et est actuellement herboriste.

- Zoyas : Ambassadrice en Guyenne, et ex mairesse d'Embrun et plusieurs fois membre du conseil municipal, elle a participé maintes et maintes fois à la vie de son village.

- Nynaève : Actuelle Bailli et plusieurs fois connétable, elle a toujours été présente pour son duché et son village, membre de l'OST, une femme dévouée pour son village comme pour son duché.

- Thierrylafrance : Grand homme d'Embrun, parti en Bretagne pour se battre 2 fois, ambassadeur pour son duché, très inventif , sérieux quand il le faut.

- °°Philippe°° : Plusieurs fois conseiller municipal et même maire, il a beaucoup apporté à Embrun. Curé d'Embrun, il sert son village avec fidélité.

- Walik : Il a été maire d'Embrun, conseiller ducal, commissaire aux mines, il a su servir son village, il a su apporter son aide et courage.

- Sydonia : Ex Conseiller ducal et bailli, il est soldat de l'OST et il a été maire d'Embrun, un homme vivant, avec de l'ambition, un dynamisme incroyable et de l'énergie à revendre.

Que pouvons nous dire, seulement un grand merci et espèrons qu'Embrun gardera ses citoyens d'honneur le plus longtemps possible. Pour ma part personnellement je profite de ce moment pour remercier certains du fond du coeur pour tout ce qu'ils m'ont apporté.

Bravo à eux !

Sarah


Autres villes

Nous recrutons toujours !


Comme vous pouvez le constater, nous ne sommes pas en mesure de vous informer sur les autres villes du Duché, n'ayant toujours pas trouvé de journalistes locaux. Nous vous rappelons comment accéder à notre accueil, si par hasard, l'envie vous prenait de nous rejoindre ! Merci de votre attention.

Accueil de la Gazette Dauphinoise

La Direction


Dernière édition par Arwel le Jeu 18 Déc - 16:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arwel
Co-directrice
Co-directrice
avatar

Nombre de messages : 316
Date d'inscription : 27/08/2008

MessageSujet: Re: Gazette Dauphinoise de décembre 1456   Jeu 18 Déc - 0:01

Divers

Recette


Poulet au vin et au verjus parfumé à la cannelle et au gingembre
selon Hochepot de poulaille, Viandier de Taillevent, vers 1380.



Ingrédients:

1 poulet fermier
120 g de foie frais
70 g de saindoux ou huile
300 g de pain campagne grillé
800 g de vin
800 g de bouillon de boeuf
400 g de verjus
3 cfé de cannelle
2 cfé de gingembre
1/2 cfé de maniguette
5 g de sel.


Recette

Couper le poulet en morceaux (garder le foie) et le faire revenir au saindoux ou à l'huile. Dégraisser.
Passer le pain au mixer avec le foie, le vin, le bouillon. Mélanger avec le poulet, saler et faire mijoter une bonne heure.
Ajouter ensuite les épices broyées et délayées dans une cuillère de verjus (gingembre, cannelle, maniguette) et le reste de verjus. Finir de cuire!

Mahauld


Origine médiévale d'une expression de la langue française


Aller au diable Auvert

À l'époque médiévale cela signifiait s'engager dans une expédition dangereuse. Cette locution s'entend particulièrement aujourd'hui dans le sens de aller chez le diable, partir en cavale. Auvert est une corruption de Vauvert; on disait autrefois : Aller au diable Vauvert. Le V a été mangé dans la rapidité du discours.
Le château de Vauvert ou Val-Vert situé près de Paris, du côté de la barrière d'Enfer,avait été habité par Philippe-Auguste après son excommunication ; il passait depuis cette époque pour être hanté par des revenants et des démons. Saint Louis, pour désensorceler ce château, le donna aux Chartreux en 1257. Aller au diable Auvert prends donc tout son sens.

Avoir un nom à coucher dehors

À l'époque médiévale, les personnes étaient jugées et classés dans les auberges selon leur nom. Les aubergistes de ce temps se fiaient sur celui-ci pour accomoder ou nom les clients. Ainsi, ceux qui avaient des noms de famille nobles pouvaient avoir accès à des chambres dans l'auberge alors que d'autres ne pouvaient pas. Ainsi selon son nom on pouvait refuser une personne d'où est née l'expression «avoir un nom à coucher dehors».

Mahauld


Poésie


Ballade des Dames du temps jadis

Dites-moi où, n'en quel pays,
Est Flora la belle Romaine,
Archipiades, ne Thaïs,
Qui fut sa cousine germaine,
Echo, parlant quant bruit on mène
Dessus rivière ou sur étang,
Qui beauté eut trop plus qu'humaine ?
Mais où sont les neiges d'antan ?

Où est la très sage Héloïs,
Pour qui fut châtré et puis moine
Pierre Esbaillart à Saint-Denis ?
Pour son amour eut cette essoine.
Semblablement, où est la roine
Qui commanda que Buridan
Fût jeté en un sac en Seine ?
Mais où sont les neiges d'antan ?

La roine Blanche comme un lis
Qui chantait à voix de sirène,
Berthe au grand pied, Bietrix, Aliz,
Haramburgis qui tint le Maine,
Et Jeanne, la bonne Lorraine
Qu'Anglais brûlèrent à Rouen ;
Où sont-ils, où, Vierge souvraine ?
Mais où sont les neiges d'antan ?

Prince, n'enquerrez de semaine
Où elles sont, ni de cet an,
Que ce refrain ne vous remaine :
Mais où sont les neiges d'antan ?


François Villon, Le Testament

Mahauld



Les troubadours dauphinois


Les troubadours

Le troubadour est un poète-chanteur d'Occitanie. Ce mot vient de l'occitan "trobador" qui désigne les poètes occitans.

Le premier troubadour reconnu est Guillaume IX de Poitiers, dit Le Troubadour. Les troubadours ont mis à l'honneur l'amour courtois, aussi nommé "fin'amor" en occitan. Cet amour courtois mêle valeurs héroïques propres à la chevalerie, amour charne et sentiments délicats.

L'amour courtois trouve son expression dans plusieurs genres pratiqués par les troubadours :

- la canso (la chanson) est la forme la plus courante : cinq ou six couplets bâtis sur les mêmes rimes.
- l'aube décrit avec brièveté le réveil des deux amants par le cri d'un guetteur et leur tristesse de devoir se séparer à la pointe du jour.
- la serena (sérénade en langue d'oïl), dépeint les lamentations du chevalier amoureux.
- les sirventés sont des satires plus politiques et morales.
- le planh est un chant de deuil.
- le partimen ou joc-partit (jeu parti en langue d'oïl) et la tenso (tenson en langue d'oïl) permettent à plusieurs troubadours de débattre des questions d'amour.
- la pastourelle dépeint l'amour pour une bergère.
- la ballade, destinée à être dansée.
- La chanson de croisade, représente un genre hybride: elle relève d'une part de l'idéologie de la croisade, exaltant la prouesse guerrière au service de la foi; mais d'autre part, elle représente une requête d'amour déguisée, que le danger de l'expédition rend plus urgente.


Liste des troubadours dauphinois

Les troubadours dauphinois dont j'ai pu retrouver la trace sont Aimar de Peiteus, Falquet de Romans, Felipe de Valenza, Garin Durre de Valentinois, Gausbert, Genim d'Urre, Guillem Magret, Ogiers de Saint-Donat, Peire Bremon le Tort, Peire Bremon Ricas Novas, Perdigon. Nous allons vous présenter rapidement quatre de ces troubadours.

Guillielm Augier ou Ogiers de Saint-Donat

Guillielm Augier (Ogiers, Ogier ou Ugier) est né à Saint-Donat, près de Vienne, en Dauphiné. Il a vécu au XIIème siècle. Après avoir voyagé en Lombardie, il s'est attaché à Raymond-Bérenger, Comte de Provence. L'une de ses pièces est un sirvente contre ceux qui préfèrent les vieilles femmes aux jeunes.

Peire Bremon le Tort

Peire Bremon le Tort fut un troubadour du Viennois. Seules deux de ses pièces nous sont parvenues, deux chansons d'amour. Selon sa courte "vida" (récit de sa vie), il a été honoré par tous les notables".

Son poème le plus ancien, "Mei oill an gran manentia" a été écrit alors que le poète s'apprêtait à quitter la Syrie, où il avait séjourné. Il laissait derrière lui une bien-aimée "domna" (Dame), qu'il a célébrée dans le poème "En Abril, quant vei verdejar", rédigé à son retour en Occident. Il n'a toutefois pas été adressé à la Dame, mais à Guillelm Longa-Espia, qui était William de Montferrat, Comte de Jaffa et d'Ascalon. La date du poème peut être déduite grâce aux dates de séjour de William en Terre Sainte, entre octobre 1176 et juillet 1177.

Guillem Magret

Guillem Magret fut un troubadour et un jongleur du Viennois. Il a laissé derrière lui huit poèmes dont survivent un "sirventes" et une "canso" avec mélodies.

Selon sa "vida", il a été un joueur et un tavernier qui ne pouvait pas garder l'argent qu'il gagnait, il le dépensait à jouer et à fréquenter les tavernes.

Dans "Maigret, pujat m'es el cap", une "tenso" partagée avec Guilhem Rainol d'Apt, il est méprisé par ses partenaires de débat comme un "joglar vielh, nesci, badoc" : "un viex jongleur, ridicule et stupide". Malgré cela, son biographe a noté qu'il était apprécié et honoré et que ses chansons étaient "bonnes".

Guillem a beaucoup voyagé en Espagne, séjournant à la cour de Pierre II d'Aragon et à celle d'Alphonse IX de Leon. Finalement, il est entré dans un hôpital en Espagne, sur les terres du seigneur Pedro Ruiz de Los Cameros, et il y a fini ses jours.

Parmi les dates qui peuvent être attestées pour la vie de Guillem, figurent :
- 1196, quand il a composé une chanson sur la mort d'Alphonse II et sur la succession de Pierre II d'Aragon,
-1204, quand il a écrit une chanson pour célébrer le couronnement en novembre de Pierre par le Pape Innocent III à Rome.

La musique de Guillem est riche, diversifiée et variée en motifs.

Falquet de Romans

Falquet (ou Folquet) de Romans nous a laissé quatorze ou quinze morceaux : sept "sirventes", trois "tenso", deux ou trois "canso" sur l'amour courtois, un "salut d'amor" et une "auba" religieuse. Sa poésie est en général claire et élégante, et il a été apparemment très pratiquant.

Falquet était originaire de Romans d'Isère. Selon sa "vida", il a été "à l'aise dans les tribunaux et de conversation agréable ..., bien honoré parmi la haute société."

Entre 1220 et 1226, il s'est rendu en Italie. Quelques temps avant décembre 1220, il a écrit la nostalgique "Una chanso sirventes", de Montferrat, adressée à sa femme de l'autre côté des Alpes. Il y a avoué ne pas être en mesure de cesser de penser "à la plus grande partie des Viennois". Falquet est de retour en 1226-1228.

Falquet était très lettré et bon lecteur. Les références à la littérature contemporaine étaient nombreuses dans ses poèmes. Dans le poème intitulé "Ma bella domna, per vos dei esser gais", il fait référence à "Floire et Blancheflor", au "Roman d'Andrieu de Fransa" et à "Raoul de Cambrai". Et dans son "salut d'amor", il fait référence au "Roman de Renart" et à "Tristan et Yseult".

Poème

EN ABRIL, QUAN VEI VERDEYAR ...
Peire Bremon le Tort


En abril, quan vei verdeyar
los pratz vertz e·ls vergiers florir
e vei las aiguas esclarzir
et aug los auselletz chantar
l'odors de l'erba floria
eܧ dous chanz que l'auzels cria
mi fai mon joi renovellar.


( En avril, quand je vois verdoyer
les vertes prairies et fleurir les vergers,
et que je vois les eaux s'éclaircir
et que j'entends les oiseaux chanter,
l'odeur de l'herbe fleurie
et le doux chant que les oiseaux clament
me font ranimer ma joie.)



En cest temps soli' ieu pensar
cossi·m pogues d'amor jauzir:
ab cavalgar et ab garnir
et ab servir et ab onrar;
qui aquestz mestiers auria,
per els es amors jauzia
e deu la·n hom mielhs conquistar.


( En ces temps, j'ai l'habitude de m'imaginer
comment je pourrais jouir d'un amour :
par le chevauchement et par la préparation
et par le service et par l'honneur ;
celui qui aura atteint ces besoins,
grâce à eux, pourra les joies de l'amour
mieux conquérir.)



Ieu chant, qui deuria plorar,
qu'ira d'amor me fai languir;
ab chantar mi cug esbaudir;
et anc mais no·n auzi parlar
qu' hom chant qui plorar deuria
pero no·m desesper mia,
qu'enquer aurai luec de chantar.


( Moi qui devrais pleurer, je chante,
moi que la fureur d'amour fait languir ;
par le chant je peux m'enhardir ;
et jamais l'on ne s'habitue à dire
qu'un homme ,qui devrait pleurer, chante.
Mon désespoir ne pourra exister
tant que j'aurai un lieu pour chanter.)


No·m dei del tot desesperar
qu'ieu enquer midons non remir,
qu'aisselh qui la m'a fag gequir
a ben poder del recobrar;
e s'ieu era en sa bailia,
si mai tornava en Suria,
ja Dieus no m'en laisses tornar.


( Je ne dois pas être totalement désespéré
parce que je ne contemple pas encore ma Dame,
parce que celui qui me l'a fait abandonner
a le pouvoir de la secourir ;
et si j'étais à nouveau en son pouvoir,
si jamais je retournais en Syrie
Jamais Dieu ne me permettrait d'en repartir.)



Ben se dec Dieus meravilhar
car anc mi poc de lieis partir,
e dec m'o ben en grat tenir
quan per lui la volgui laissar;
qu'el sap ben, s'ieu la perdia,
que ja mais joi non auria,
ni elh no la·m pogr'esmendar.


( Dieu doit être émerveillé
car j'ai pu la quitter pour lui,
et il a dû avoir beaucoup d'estime pour moi
quand, pour lui, j'ai voulu l'abandonner ;
parce qu'il sait bien que, si je l'ai perdue,
jamais je n'aurai plus de joie,
et qu'elle ne pourra me pardonner.)



Mout me saup gent lo cor emblar,
quan pris comjat de chai venir,
que non es jorns qu'ieu non sospir
per un bel semblan que·l vi far,
qu'elha·m dis tuta marria:
"que fara la vostr'amia,
bels amics? per que·m vols laissar?"



( Nul ne peut le savoir, mon coeur s'est esquivé
depuis que j'ai pris le parti de revenir ici,
il n'est pas passé un jour sans que je ne soupire
à cause de l'expression que son visage a prise
lorsqu'elle m'a dit, toute triste :
"Que fera votre amie,
bel ami ? Pourquoi voulez-vous m'abandonner ?")


Chanzos, tu·t n'iras outra mar,
e, per Deu, vai a midons dir
qu'en gran dolor et en cossir
me fai la nuoit e·l jorn estar.
di·m a'n Guilhelm Longa-Espia,
bona chanzos, qu'el li·t dia
e que i an per lieis confortar.


( Chanson, tu iras outre mer,
et, grâce à Dieu, tu diras à ma Dame
qu'une grande douleur et qu'une grand affliction
m'habitent jour et nuit.
Dis à William Longue Epée,
bonne chanson, qu'il le lui dise
et qu'il aille la réconforter.)


Arwel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Gazette Dauphinoise de décembre 1456   

Revenir en haut Aller en bas
 
Gazette Dauphinoise de décembre 1456
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Reine_du_monde - Le 14 décembre 1456 - C - TOP (Douanes)
» Samael.b - Le 10 décembre 1456 - C - TOP (Révolte)
» Dépôt de plaintes de Tournai [Août - Décembre 1456]
» La gazette
» Programme des Elections Ducales Dauphinoises de Nov 1456

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Gazette Lyonnaise-Dauphinoise :: Rez-de-Chaussé : Accueil :: Bibliothèque :: Archives des Editions-
Sauter vers: