Le journal du Lyonnais-Dauphiné
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresConnexion
Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Connexion automatique: 
:: Récupérer mon mot de passe
Octobre 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031    
CalendrierCalendrier
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» La Gazette Lyonnaise-Dauphinoise du 25 juillet 1464
Mar 26 Juil - 16:36 par Arwel

» La Gazette Dauphinoise du 22 février 1457 Nouvelle charte graphique
Jeu 14 Juil - 22:43 par Arwel

» Arrivée De Keyne De Troie
Jeu 26 Aoû - 17:24 par Arwel

» Arrivée de xyphos
Jeu 18 Juin - 12:14 par xyphos

» La Gazette Dauphinoise du 22 février 1457
Dim 22 Fév - 17:20 par Arwel

» Arrivée de kevin4310
Sam 24 Jan - 14:09 par Arwel

» Arrivée de Guilin
Mer 21 Jan - 19:00 par Guilin

» Gazette Dauphinoise du 17 janvier 1457
Dim 18 Jan - 4:11 par Arwel

» Selrach arrive !
Dim 28 Déc - 10:18 par Selrach


Partagez | 
 

 La Gazette Dauphinoise du 22 février 1457

Aller en bas 
AuteurMessage
Arwel
Co-directrice
Co-directrice
avatar

Nombre de messages : 316
Date d'inscription : 27/08/2008

MessageSujet: La Gazette Dauphinoise du 22 février 1457   Dim 22 Fév - 2:56


Edition dauphinoise du 22 février de l'an 1457

Edito


Chères lectrices, chers lecteurs,

voici enfin le numéro de février ! J'espère que vous ne nous tiendrez pas rigueur pour la petite semaine de retard qu'a pris l'édition de ce numéro.
Un numéro dont la partie divers sera consacrée à la fête des amoureux ! Pour le reste, vous retrouverez vos rubriques habituelles.

Nous avons le plaisir de souhaiter la bienvenue à Kevin parmi nos journalistes, qui vous informera des nouvelles de la Capitale du Duché. J'en profite pour signaler à nouveau que nous recherchons toujours des journalistes dans les villes de Briançon, d'Embrun, de Montélimar, de Valence et de Vienne ! Avis aux amateurs !

Il ne me reste plus qu'à vous souhaiter une bonne lecture !

La Direction


Sommaire


Le Dauphiné

Politique

Entretiens avec les Conseillers Ducaux

Vie Sociale

Droits et devoirs des Lyonnais Dauphinois
Le Guide des Tavernes


Evénements

Deuxième séance de l'Assemblée du peuple

Ordre de Jerusalem

Entretien avec Fontvell

Cérémonie

Cérémonie de l'Ost, janvier 1457

Sport

Première Edition de la Coupe Ducale de joutes moutonnes
Quatrième Coupe de Soule Royale (fin du premier tour)



Hors Duché

Conflit en Guyenne


Dié

Politique

Elections municipales de février 1457

Divers


Lyon

Politique

Animations


Autres villes

Nous recrutons toujours !


Divers

Recettes

La Saint-Valentin

Poésie

Origine médiévale d'une expression de la langue française

Dictionnaire

Le roman courtois


Dernière édition par Arwel le Lun 23 Fév - 3:25, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arwel
Co-directrice
Co-directrice
avatar

Nombre de messages : 316
Date d'inscription : 27/08/2008

MessageSujet: Re: La Gazette Dauphinoise du 22 février 1457   Dim 22 Fév - 3:07

Dauphiné

Politique


Entretiens avec le Conseil Ducal

Chers lecteurs, dans cette édition, et à l'aube des élections ducales, la Gazette dauphinoise a réalisé pour vous des entretiens avec différents conseillers ducaux.

Honneur aux dames, avec, pour commencer, le Gouverneur, Dame Nynaeve87.

Citation :

Pouilleux : Bonjour, et merci d'avoir accepté cet entretien. Tout d'abord, pouvez-vous vous présentez à nos lecteurs ?

Nynaève : Je m’appelle Nynaève, Dame de Mornant.Je suis rentrée en politique très jeune et j'ai testé mes premières armes dans la jolie ville d'Embrun en étant maire durant deux mandat consécutifs.
Je sers aujourd’hui le duché du Lyonnais Dauphiné de depuis 10 mois. D’abord comme connétable, trois mandats, comme bailli, un mandat, et enfin comme Gouverneur depuis bientôt deux mois.
Je suis aussi Chef de lance dans notre ost où j'ai servi comme armurière jusqu'à céder ma place afin d'éviter tout cumul qui aurait entravé mon travail soit d'un coté soit de l'autre.


P : D'un point de vue personnel, comment vivez-vous votre poste de Gouverneur ?

N : J'ai vécu les débuts de façon très difficile, subissant des pressions de toutes parts pour le partage des postes. Mais n'ayant cèder d'aucunes façons, les choses se sont mises tranquillement en place, et selon moi le conseil a travaillé de son mieux pendant ces deux moi sans absentéisme. Je pense qu'il est bien plus difficile d'être conseiller ducal aujourd'hui que par le passé. Les soucis économiques récurrents ne donnent que peu de répit et les solutions sont souvent sujettes à discussions passionnées...
Certains, jeunes, interressés par les postes à responsabilités ne se rendent pas bien compte de l'activité chronophage de leur engagement. Ce qui est normal. La découverte...
Je pense que rien ne m'a été épargné durant ce mandat et sur tous les fronts... on ne pourra donc parler de monotonie.


P : Que pensez-vous de l'ambiance dans votre conseil ?

N : Il y a eu quelques disputes due parfois à des divergences d'opinion, ce que pour ma part je trouve sain dans un conseil. Rien de pire que de mener une équipe de moutons, mais je trouve que dans l'ensemble le respect était vraiment là, que chacun a écouté l'autre...

P : Le mandat est bientôt terminé. Quelles ont été les grandes actions de ces deux mois ?

N : Un gros travail de fond sur l'économie déjà engagé au mandat précèdent. Notre Cac à mis en place sa stratègie bien différente de la précèdente, mais enfin de compte nous en arrivons à la même conclusion...
Et cette conclusion, ma foi va surement provoquer bien des remous... le tout étant de se demander quel sorte de duché nous voulons vraiment... Nous pouvons toujours survivre et vivoter ainsi...
Il y a eu aussi un gros travail avec les COLDs avec Ost et prévotés qui ont travaillé de concert afin d'optimiser la défense du duché. Lady_Antlia et Ka_de_Brugeliete ont mis en place une vraie coopération comme nous l'espèrions depuis longtemps.
Nous avons aussi relancé le Domaine Royal pour la dette de Bretagne et il semble que certaines choses se mettent en place quant au remboursement, mais les choses n'avances jamais aussi vite que nous le voudrions.
Beaucoup de travail aussi avec la diplomatie. Des conflits un peu partout en France qui nous obligent à prendre position...
La justice à remis en place aussi des médiations qui permettent aux condamnés de régler leur peine au duché.
Nous avons aussi essayer de mettre en place les travaux du mandat précèdent. L'assemblée du peuple, les tenants postes pour les relais, le recrutement de l'intendant au commerce qui a été infructueux...
En justice, nous avons désigné Phelim, notre Juge, pour relancer le procès Selrach en cours d'appel.
Nous avons beaucoup travaillé sur du courant qu'il serait difficile ici de lister, tant les soucis ont été nombreux... Heureusement, rien qui n'ait pu être maitrisé.
Nous avons aussi mis en place une loterie ducale.


P : Un mandat bien chargé donc. Vous avez des projets pour la suite ?

N : J'ai beaucoup de projets oui. D'abord personnels... Je vais un peu m'occuper de moi et prendre quelques vacances. Puis j'ai diverses pistes qui vont certainement me donner du travail... Mais je ne vais pas perdre le Lyonnais-Dauphiné de vue. Je vais continuer de surveiller tout celà de tout près, je serais toujours là pour aider en cas de besoin.

P : Merci pour toutes ces réponses. Quelque chose à dire à nos lecteurs ?

N : Ils ont à chaque élection le sort de leur duché en main. Leur choix est déterminant. Plus qu'un programme ce sont les hommes ou femmes qu'il faut choisir. Il les faut travailleurs et investis. Les grandes idées sont parfois éloignées du pragmatisme du quotidien, et si c'est parfois dommage, la réalité rattrape toujours la fiction...


P : Merci encore et au revoir !


Les mines étant toujours une filière bien préoccupante de notre économie, voici un entretien réalisé avec le Commissaire aux Mines, Ericx.

Citation :
Pouilleux : Bonjour, et merci d'avoir accepté cet entretien. Tout d'abord, parlez-moi un peu de vous.

Ericx : Je m'appelle Ericx, jeune politicien actuellement commissaire aux mines du duché. J'ai été 5 fois maire de la bonne ville de Valence. Compagnon du Gold depuis bientôt un an. Je suis également homme d'armes de l'Ost à la garnison de Valence. J'ai épousé Ellaga qui me donnera bientôt un fils, je l'espère pour le printemps !

P : Maintenant, parlons des mines. Y a-t-il toujours un si grand problème de fréquentation des mines ducales ?

E : Lorsque j'ai accepté ce poste, je savais que la situation minière de notre Duché était au plus bas. Il fallait agir rapidement, sans tergiverser, sinon c'était la catastrophe. Les chemins d'accès à nos mines ont donc été défrichés, maires et tribuns ont tous été avertis et les messages d'accueil ont été modifiés. Quelques jours après, on pouvait noter une nette hausse des fréquentations. Un problême persistait cependant, les carrières de pierre de Briançon, Embrun et Dié restaient bien souvent encore trop sous exploitées. Durant un mois, tous les vagabonds des montagnes ont reçu un courrier, leur demandant expressement d'aller tailler la roche, les résultats ont été visibles. Aujourd'hui, nous avons atteint un taux de fréquentation moyen de 80 % , ce qui est bien, mais qui peut encore être amélioré par une plus grande implication de tout le peuple lyonnais-dauhinois.

P : Ce matin encore, un voyageur m'a fait remarquer que nos mines n'avaient pas grande capacité. Des explications ?

E : Nos mines peuvent accueillir tous les jours jusqu'à 375 travailleurs, nous ne pouvons augmenter cette capacité d'accueil. Il reste bien souvent des places libres, même tard le soir.

P : Y a-t-il en vue une nouvelle campagne de recrutement, comme la loterie, qui, il y a deux mois déjà, avait eu lieu ?

E :Oui, il y a eu plusieurs opérations de communication faites pour amener plus de gens vers les mines. Tout d'abord, envers les vagabonds et jeunes paysans, des courriers leur ont été envoyé pour leur préciser le chemin et l'intérêt d'aller aux mines. Ensuite, j'ai fait appel à toutes les bonnes volontés de notre duché, soldats en permission, érudits ayant terminé leur voix d'étude, artisans en
*attente de commandes. Et je profite de cet article pour les remercier sincèrement au nom du Duché.


P : C'est tout à leur honneur. Vous même, allez-vous régulièrement à la mine ?


E : *Rires* Effectivement, tous les soirs je prends ma pioche et me rend dans la mine d'Or à l'est de Valence. Savoir qu'en allant travailler dans cette mine, je gagne 15 écus et fais gagner pas moins de 7 écus à mon Duché suffit à me donner envie d'y aller. Travaillant assez tard, je ne travaille dans mon échoppe de tisserand que si toutes les mines autour de chez moi sont pleines...

P : Parlons maintenant du Conseil ducal. C'est votre premier mandat. Comment vous-êtes-vous senti, parmi vos nouveaux dont la plupart multipliaient les expériences ?

E : Et bien, je dois dire que je me suis très vite senti comme chez moi, étant à l'aise dans les domaines économiques et militaires, j'ai pu participer rapidement aux différents débats et proposer quelques pistes de réflexion. J'ai pu m'intéresser un petit peu à la justice et la diplomatie, mais l'économie reste ma principale préoccupation. Ce conseil est relativement jeune, et je connaissais la plupart des conseillers ayant de l'expérience, l'adaptation a été plutôt facile.

P : Merci pour toutes ces réponses. Quelques chose à dire à nos lecteurs ?

E : Allez, tous aux mines !

P : Nous nous en souviendrons ! Au revoir !


Dernière édition par Arwel le Lun 23 Fév - 3:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arwel
Co-directrice
Co-directrice
avatar

Nombre de messages : 316
Date d'inscription : 27/08/2008

MessageSujet: Re: La Gazette Dauphinoise du 22 février 1457   Dim 22 Fév - 3:17

Passons maintenant à la justice, avec le prévôt Ka_de_Brugeliete.

Citation :
Pouilleux : Bonjour, et merci de m'avoir accordé un peu de votre temps. Pour commencer, pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

Ka de Brugeliete : Bonjour. Je me nomme Ka, habitant de Briançon. J'ai
été maire durant 4 mandats à Bri et je suis membre du parti des Gones
depuis maintenant de nombreux mois. Actuellement je preste mon deuxième
mandat ducal en tant que Prévôt. Je suis également coutilier à l'Ost,
réserviste durant mes mandats.


P : Comment s'était déroulé pour vous le mandat précédent, où vous n'aviez pas eu de poste ?

K : Ce mandat s'était très bien déroulé. Pour un premier mandat ducal,
après coup je dois dire que de ne pas avoir eu de poste particulier a
été un avantage pour moi; En effet, j'ai pu toucher à de nombreux
domaines, j'avais commencé par aider nôtre prévôt de l'époque, Phelim,
à la gestion des 2 états de siège qui s'étaient succédé. J'ai également
pu me consacrer à notre économie en réalisant une étude à propos des
ressources que produisent nos villes et leurs rentabilités auprès des
mairies. Et j'ai terminé ce mandat en étant intégré à l'armée Castellum
du capitaine de l'époque, Feanaro. Bref j'ai profité de ma position "d'électron libre" pour m'adonner aux divers domaines.


P : Et le mandat actuel ? Le travail n'est-il pas trop dur ?


K : Le mandat actuel se déroule très bien, j'ai été plongé directement
au coeur de la prévôté par un état de siège, déclaré quelques jours
après avoir été élu, que j'ai geré de pairs avec le capitaine afin de
coordonner Prévôté et Ost. Dans ce soucis, je me rends assez
régulièrement au conseil militaire. Suite à cela j'ai organisé à titre
personnelle une chasse aux brigands sur certains noeuds en compagnie de
nostre juge et de deux de mes meilleurs Lieutenants! Nous avons
également pu trouver les quelques effectifs pour Valence et Montélimar
qui en manquaient. Actuellement nous sommes encore en recherche de
recrues sur Dié et Vienne. En ce sens une proposition a été remise au
conseil ducal et a été votée et annoncée il y a quelques jours afin de
former les recrues de la prévôté plus rapidement et sur le terrain!



P : Comment trouvez-vous le Conseil ducal en général ? Tant au niveau de l'ambiance qu'au travail accompli.

K : Ce conseil est assez particulier de ceux que nous avons connus au
préalable je pense. L'équipe s'équilibre de part des conseillers
expérimentés qui n'en sont pas à leur premier mandat et qui connaissent
d'expérience les nécessités du Duché et de part de plus jeunes
conseillers qui découvrent le domaine ducal et apportent des idées
nouvelles et avenantes. Les projets de ce mandat furent nombreux et le
conseil a su prendre le temps qu'il fallait pour chacun. Excepté
peut-être une relâche en cette fin de mandat où certains projets
traînent un peu la patte dans de longs débats à mon goût un peu
répétitifs, peut-être dans un souci de faire au mieux.
Néanmoins, malgré quelques accros inévitables de part les divergences
d'opinion, je qualifierai l'ambiance entre conseillers cordiale et
détendue, les quelques incidents survenus se sont pour la plupart
rapidement réglés et chacun y a reconnu ses responsabilités.


P : Avez-vous quelque chose à dire à nos lecteurs ?

K : J'aimerai simplement les remercier, si j'ai pu jusqu'à présent
accomplir mes fonctions c'est en grande partie grâce à eux de par leurs
votes! Et j'invite tout ceux qui désirent servir leur ville et leur
duché en leurs garantissant la sécurité à me contacter par pigeon ou à
se rendre au château de Lyon pour leur indiquer comment rejoindre les
rangs de la Prévôté.


P : Merci et à bientôt !

Pour finir cet article, voici un entretien réalisé avec le juge Phelim.

Citation :
Pouilleux : Bonjour, et merci d'avoir accepté cet entretien. Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

Phelim : Bonjour, je me nomme Phelim. Je suis actuellement Juge du Lyonnais-Dauphiné, cette charge m'ayant été confiée suite à l'expérience en matière de justice que j'ai développé.
J'ai été d'abord avocat du dragon, puis avocat du barreau du Lyonnais-Dauphiné. J'ai été procureur du Lyonnais-Dauphiné, batonnier du barreau du Lyonnais-Dauphiné puis prévôt des maréchaux du Lyonnais-Dauphiné.
Actuellement, je suis aussi avocat de la Cour d'Appel du royaume.


Pouilleux : Quels autres postes officiels avez-vous eu ?


Phelim : J'ai été Maire de Lyon, CAC et Porte Parole du Lyonnais-Dauphiné.

Pouilleux : Une vie bien remplie. Quel est le poste le plus dur, et celui le plus passionnant que vous avez étrenné ?

Phelim : Le plus dur, c'était le poste de CAC, vu qu'à l'époque j'étais en compagnie d'un bailli qui avait choisi ce poste pour des raisons
obscures, puisqu'il ne le tenait pas comme on l'attendait de lui ... mais qui était largement plus présent quand il s'agissait de critiquer mon travail.
Sinon, j'ai trouvé chaqu'un de ces postes passionnant, et si c'était à recommencer, je récidiverai, parfaitement !


Pouilleux : Parlons maintenant de ce poste de Juge. N'est-ce pas une sorte d'apogée pour quelqu'un qui consacre sa vie à la justice ?

Phelim : Consacrer sa vie à la justice est un bien grand mot. Mais non, je ne vois pas ce poste de juge comme une apogée .. ça aurait été une expérience, et j'en tire de celle-ci que je préfère être avocat ou procureur .. on tire plus de plaisir à se battre pour un dossier ou une cause juste qu'à rendre justice je pense ...

Pouilleux : Changeons de sujet. Comment trouver-vous l'état du Conseil ? L'ambiance, le travail réalisé ...

Phelim : Ce conseil, c'est ma petite Nyna qui l'a formé et qui le dirige ... alors forcément pour moi il est parfait mais je ne dois pas être très objectif .... Néanmoins, je dirai que de mes 5 mandats de conseiller ducal, ce conseil là est le meilleur ... il y a de grosses progressions au niveau des mentalités ... j'espère que le conseil suivant poursuivra sur cette lancée ...

Pouilleux : A propos du conseil suivant ... Comment abordez-vous psychologiquement les prochaines élections ?

Phelim : Je suis très stressé en réalité. Les élections sont en quelques sortes des notes. On note ce qu'a fait le gouverneur et son équipe au mandat précédent, car quand le gouverneur est du même parti que le précédent, il continue le travail entrepris .. puis on note aussi l'équipe suivante qui se présente ... Arwel m'a dit que la tendance était que le parti dont le gouverneur est issu se prenne une claque pour les élections suivantes ... j'espère que les Dauphinois seront satisfaits du travail fait avec Nynaeve, et que cette tendance s'arrêta.
Dans tout les cas, je pense que je prendrais les résultats des élections comme ils sont .. et essaierait de continuer à avancer à partir d'eux ..

Pouilleux : Quelque chose à dire aux lecteurs de la Gazette ?

Phelim : Peut-être d'abord à l'équipe de la gazette, qui fait un très bon travail et puis pour les lecteurs, et bien s'ils me lisent, c'est qu'ils auront lu la totalité de l'entretien. Donc je les en remercie et j'espère que je ne les aurais pas trop assomés.


Pouilleux : Merci pour toutes ces sages paroles ! Au revoir !

Une même question, générale, a été posée à tous les interrogés : "Comment trouvez-vous le Conseil actuel ?".
A l'unanimité, l'ambiance semble assez bonne et très saine, et le travail entrepris y est fructueux, malgré quelques divergences d'opinions (ce qui semble normal dans un conseil). De bonnes choses pour le Duché !

Antoine de Navarre, dit Pouilleux
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arwel
Co-directrice
Co-directrice
avatar

Nombre de messages : 316
Date d'inscription : 27/08/2008

MessageSujet: Re: La Gazette Dauphinoise du 22 février 1457   Dim 22 Fév - 3:22

Vie sociale


Nos droits, nos devoirs


Nous vivons tous en société dans un Duché que nous avons en commun : le Lyonnais-Dauphiné. Que l'on vienne de Briançon, Embrun, Dié, Montélimar, Valence, Vienne ou Lyon, nous appartenons tous à la même communauté. Nous sommes tous sujets du Duc, et, par son intermédiaire, du Roy. Cela implique bien des droits. La liberté en est un des plus grands et des plus symboliques. Mais, derrière des droits, nous avons des devoirs.

Comme dans toute société, il est de l'obligation de chacun d'oeuvrer à son maximum pour ses concitoyens. Si chacun aide son voisin, l'équilibre est gardé. Mais si un seul personnage rompt cette chaîne, le terme "liberté" s'en trouve attaqué.

Admettons que malgré ses difficultés, le Duché fait de son mieux pour aider la population dauphinoise. En échange, certains crachent dessus, voire se révoltent contre lui. Est-ce là une bonne attitude ? Alors que certains vont travailler à la mine alors qu'ils pouvaient prendre le double du salaire proposé, ou bien offrent des écus par centaines, d'autres gonflent leurs prix sur le dos de leurs compatriotes et mangent les cadeaux qu'on leur fait sans rien donner en retour.

Certes, cela n'a rien d'illégal. Mais est-ce juste ? Le Duché nous donne beaucoup. Nous pouvons travailler tous les jours, nous avons régulièrement accès à des festivités, nous avons le droit de vote, et le droit de nous exprimer par l'Assemblée du peuple (deuxième séance actuellement en gargotte) ou en Salle de Doléances, le droit de voyager dans ou hors du Duché comme nous le désirons ... Comment aider un Duché auquel nous devons beaucoup ? Certains l'ont compris. Pour les autres, voici une liste.

* Nos mines pourraient être plus remplie. Pour un bon salaire, vous pouvez aider le Duché.
* Beaucoup de soldats ne peuvent toucher leur solde, le Roy n'ayant pas encore payé sa dette au Duché. N'importe quel artisan peut prendre contact avec sa Mairie pour offrir une partie de sa production aux soldats.
* Si vous voyagez hors du Duché, vous pouvez proposer au Duché vos services de Marchand Ambulant !
* L'OST recrute constamment ! Bonne occasion de servir courageusement le Dauphiné !
* L'évergétisme existe toujours dans le Lyonnais-Dauphiné ! Si vous ne savez que faire de vos richesses, vous pouvez les rendre utiles en les offrant au Duché.

Voilà. Il y a moultes manières de rendre service à un Duché qui vous a déjà beaucoup aidé.

En espérant que cet article vous ait fait prendre conscience, de vos droits, mais surtout de vos devoirs.

Antoine de Navarre, dit Pouilleux


Guide des Tavernes

Le Lyonnais Dauphiné regorge de tavernes. Pourtant il y a taverne et taverne...
Il y a celle que vous préférez, celle que vous évitez, celle où la tavernière est trop craquante, celle où le tavernier est rond comme un rond, celle...

Un peu compliqué pour s'y retrouver...
S'il y avait un guide ce serait quand même plus simple...
Chemin faisant dans la tête d'un célèbre montilien que l'on croise souvent accompagné d'un cochon non moins connu, cette idée se vit confier aux recruteurs de l'Ost afin qu'il la concrétise.
Car, comme chacun sait, les soldats aiment à se retrouver autour d'une chope pour parlementer et débusquer de nouveaux soldats. Ils seraient donc enclins à définir les critères communs à toute les tavernes du LD.

Mais pour rester objectif, il est important de recueillir un maximum d'avis de toute la population.
C'est pour cela que nous vous invitons à renseigner les formulaires, par ville, afin que ce guide voit le jour.

En fonctions de vos réponses, un classement sera fait ville par ville et les voyageurs n'auront plus d'excuses pour ne pas profiter pleinement de la taverne la mieux cotée de votre ville.

Les formulaires ville par ville :

Pour Lyon

Pour Montélimar

Pour Valence

Pour Briançon

Pour Embrun

Pour Vienne

Pour Die

Princesse_lotus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arwel
Co-directrice
Co-directrice
avatar

Nombre de messages : 316
Date d'inscription : 27/08/2008

MessageSujet: Re: La Gazette Dauphinoise du 22 février 1457   Dim 22 Fév - 3:34

Evénement


Deuxième Assemblée du Peuple

Une deuxième Assemblée du Peuple s'est réunie à partir du dimanche 15 février dernier. La question soulevée lors de cette Assemblée était la possibilité de lever un impôt sur le Lyonnais Dauphiné.

La première Assemblée du Peuple avait soulevé la question d'autoriser ou non la noblesse à siéger à l'Assemblée du Peuple. Les avis exposés n'ayant pas réussi à s'accorder, aucune décision n'a été prise par le Conseil Ducal concernant cette question et elle sera de nouveau débattue à l'Assemblée du peuple ultérieurement, laissant à la noblesse possibilité de s'y exprimer en attendant qu'une décision ferme et définitive soit adoptée.

Deuxième Assemblée du Peuple

Arwel



Ordre de Saint Jean de Jerusalem

Entretien avec Fontvell

Citation :

Arwel : Pouvez-vous expliquer aux lecteurs de la Gazette quelle est la vocation de l'Ordre de l'Hospital de Saint Jehan de Jérusalem ?

Fontvell : Principalement, aider à protéger les faibles et les indigents de toute menace physique quelle qu'elle soit (maladie, guerre, brigandage). En second point, notre devoir est de servir le Roy et enfin de défendre la Vraie Foy.

A : Comment peut-on être à la fois destiné à être médiateur lors des conflits et au service militaire du Roy ? Ces deux missions ne sont-elles pas en contradiction ?

F : Je ne pense pas. Nous sommes médiateurs pour éviter le conflit autant que faire se peut, mais si la médiation échoue ou n'a pas lieu car nous ne pouvons forcer notre présence, alors il peut nous être amené de prendre les armes pour défendre le Roy.

A : Quelles sont les valeurs prônées par cet Ordre ?

F : Tempérance, honneur, fraternité, don de soi, amour de son prochain, patience et nombre d'autres.

A : Quelle est votre fonction au sein de l'Ordre ? En quoi consiste-t-elle ?
F : Je suis Pilier du Levant"...Le Pilier est nommé par le Grand-Maître sur proposition du Grand Bailli, qui lui délègue pour une région la responsabilité de missions permanentes de recrutement, de communication et d'information.
En ce qui me concerne, j'ai en charge ces Duchés : Berry, Bourbonnais & Auvergne, Bourgogne, Dauphiné & Lyonnais, Franche-Comté, Savoie.

Je gère de plus l'entrepôt d'Embrun dans lequel sont stockées les dons alimentaires.



A : Avez-vous besoin que d'autres personnes s'investissent pour votre cause ? A quel niveau ?

F : L'ordre a toujours besoin de bonnes volontés. Leur engagement peut être de plusieurs sortes: entrée dans l'ordre, soutien financier ou alimentaire aux causes de l'Ordre.

A : Quelles sont les conditions à remplir pour pouvoir rejoindre l'Ordre ?

F : Être baptisé, ne pas avoir de condamnation pour Haute Trahison et pouvoir voyager. Puis il vous sera donner 3 questionnaires pour voir si vous avez les connaissances et les motivations qu'il faut pour incorporer le plus vieil Ordre de notre histoire (des RR)

Arwel



Cérémonie


Cérémonie de l'Ost, janvier 1457

Une fois de plus s’est déroulé la cérémonie de l’Ost sous l’égide de Lady_Antlia, Capitaine des armées dauphinoises. A cette occasion, les soldats de toutes les garnisons se réunissent, rencontrent leurs frères d’armes …
Ainsi, chacun et chacune se sont présentés vêtus de leurs plus beaux atours, arborant fièrement uniformes, couleurs et armes éclatantes.
La cérémonie de l’Ost était l’occasion de décorer les soldats méritants, par la main du Capitaine, sous le regard des Conseillers ducaux et des officiels de l’armée.
De nombreux soldats, de tout le duché, ont reçu des citations à l'ordre de leur garnison ou de l'Ost, pour leur dévouement et leur engagement au sein de l'armée. Plus qu'une fierté personnelle, ces décorations font la fierté de toute la garnison, illustrant la grande famille qu'est l'Ost.
Le Capitaine a donné ses encouragements aux soldats présents, rendant hommage aux absents.

A cette occasion, la promotion du soldat Géronimo au rang de conseiller militaire, en remerciement de son parcours, a été annoncé, l'archer Ithilen le remplaçant désormais à la tête de l'Intendance.

La cérémonie s'est achevée par une grande rasade de vin chaud, offerte aux soldats afin de favoriser la discussion et la bonne humeur.

Le seul bémol de cette cérémonie fut le scandale fait par la soldate Paprika2 lors de la nomination de Vortiris. Sermonnée par le Grand Maitre des Lances Thierrylafrance, cette dernière a rejoint les rangs de sa garnison. Nul doute que son attitude n'aura pas de conséquences ...

De plus, sachez que l'Ost recrute toujours. Si vous avez l'âme d'un combattant, que vous souhaitez défendre la veuve et l'orphelin, ou tout simplement vos idéaux, la justice et l'honneur, rendez-vous aux différents bureaux de recrutements dans chacune de vos villes. Un soldat vous conseillera et vous renseignera sur la vie en garnison, les droits et les devoirs d'un combattant.

Mahauld



Sport


Première Edition de la Coupe Ducale de joutes moutonnes

La Première édition de de la Coupe ducale de joutes moutonnes s'est vue retardée du fait du manque d'engouement des Dauphinois pour s'inscrire. Face à la colère, très compréhensible, de l'organisateur Greza, quelques personnes ont manifesté leur désir d'y participer.
Je vous ferai part de deux remarques face à cela : la première est qu'en tant que tavernière à Dié, j'entends régulièrement les clients se plaindre du manque de vie de nos halles et gargotes, or force est de constater que lorsqu'on leur propose une activité, ces mêmes personnes les repoussent dédaigneusement. Ma deuxième remarque sera que les personnes qui travaillent à l'organisation des ces activités y passent un temps conséquent et qu'il est décourageant pour elles de travailler pour rien. En conséquence, lorsqu'on ne vous proposera plus d'activités, ne venez pas vous plaindre !

Première Edition de la Coupe ducale de joutes moutonnes

Arwel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arwel
Co-directrice
Co-directrice
avatar

Nombre de messages : 316
Date d'inscription : 27/08/2008

MessageSujet: Re: La Gazette Dauphinoise du 22 février 1457   Dim 22 Fév - 4:04

La Quatrième Coupe de Soule Royale

Le premier tour de la Quatrième Coupe de Soule Royale s'achève. Nos équipes dauphinoises ont parfois brillé, parfois perdu, sans toutefois démériter. Vous trouverez à la suite les résultats des matchs de ce premier tour !

Groupe 1

- Lisieux (Normandie)
- Briançon (LD)
- Calais (Artois)
- Montélimar (LD)
- Conflans-Lès-Sens (Champagne)

Groupe 4

- Chambéry (Savoie)
- Dié (LD)
- Murat (BA)
- Pontarlier (FC)
- Castres (Toulouse)

Groupe 5

- Compiègne (Champagne)
- Anvers (Flandres)
- Valence (LD)
- Ghent (Flandres)
- Sémur (Bourgogne)

Calendrier :

Groupe 1 :

- Lisieux (Normandie)
- Briançon (LD)
- Calais (Artois)
- Montélimar (LD)
- Conflans-Lès-Sens (Champagne)

1ere journée :

Briançon - Conflans :

Après un match relevé, Conflans a remporté la rencontre face à l'équipe de Briançon en trois tour et empoche 5 points.

Calais - Lisieux

Calais a remporté le match malgré les nombreux blessés, Lisieux ne s'est pas laissé faire, au final, Calais prend 5 points, mais Lisieux réussi à en encaisser 1 aussi pour sa combativité.

2eme journée :

Conflans - Calais

Conflans a réussi à emporter la victoire après un match assez long, mais Calais a dû baisser les bras, vu les blessés. Conflans n'a eu que 4 points pour cette victoire, puisque Calais ne s'est tout de même pas laissé écraser !

Lisieux - Montélimar

Voilà une belle équipe dauphinoise ! Une victoire rapide contre Lisieux, malgré un blessé qui leur permet de récolter 5 points !

3eme journée :

Calais - Montélimar

Deuxième match pour Montélimar et deuxième victoire ! Des blessés des deux côtés, un match engagé, mais les Nougaties ont réussi à prendre le dessus sur Calais et ils prennent 4 nouveaux points. Bravo !

Lisieux - Briançon

Les deux équipes se sont motrées très offensives, les coups ont fait légion des deux côtés, mais au final, c'est l'équipe dauphinoise qui a atteint le but de Lisieux, encaissant 4 points, bravo !

4eme journée :

Briançon - Calais

Calais a rapidement pris le dessus sur Briançon lors de cette partie, mais l'équipe dauphinoise a su distribuer les coups, ce qui lui a permis d'empocher 1 point malgré la défaite, tandis que Calais a pris 5 points pour cette rapide victoire.

Montélimar - Conflans

Au terme d'un match assez long et engagé, Montélimar a su conquérir le but de Conflans. L'équipe dauphinoise a donc pris 4 points et celle de Conflans 2 pour sa capacité à résister et pour sa propension à distribuer les coups ! Bravo les Nougaties !

5eme journée :

Conflans - Lisieux

Forfait de Lisieux, match donné gagnant pour Conflans.

Montélimar - Briançon

Un match dauphinois très attendu ! Briançon s'est tout d'abord montrée très incisive, alors que Montélimar restait prudente. Nos amis dauphinois ont échangé quelques coups sur le terrain et Montélimar a soudain donné une image plus offensive, contraignant Briançon à se replier. C'est finalement Montélimar qui a planté la soule dans le but de Briançon ! Un beau match !

Groupe 4

- Chambéry (Savoie)
- Dié (LD)
- Murat (BA)
- Pontarlier (FC)
- Castres (Toulouse)

1ere journée :

Pontarlier - Castres

Un match qui a duré, malgré les nombreuses blessures du côté de Castres qui a su faire preuve de stratégie et pénétrer la défense de Pontarlier pour planter la soule dans son but. Castres empoche donc 4 points et Pontarlier 1 point pour son habileté à distribuer les coups !

Murat - Chambéry

Les Sangliers de Murat ont rapidement remporté ce match contre Chambéry. Cela leur a permis de s'offrir 5 points.

2eme journée :

Castres - Murat

Quelques blessures de part et d'autre, mais Murat s'est rapidement rendue maîtresse du jeu, a conquis le terrain de Castres, pour planter la soule dans le but adverse, remportant au passage 5 points.

Chambéry - Dié

Un match rapide pour Chambéry qui a retourné l'équipe de Dié assez vite. Nos pauvres Diois se sont laissé surprendre, laissant Chambéry prendre 5 points.

3eme journée :

Murat - Dié

Un match engagé des deux côtés, agrémenté de blessures de part et d'autre, malheureusement, notre équipe dauphinoise a essuyé une nouvelle défaite et les 5 points de la victoire ont échu à Murat.

Chambéry - Pontarlier

L'équipe de Pontarlier a rapidement conquis la moitié de terrain de Chambéry, pour filer droit vers le but. Malgré un joueur blessé, Pontarlier a su prendre les 5 points qui s'offraient à elle.

4eme journée :

Pontarlier - Murat

Murat a eu une attaque de match des plus offensives, alors que Pontarlier s'est tout de suite mise en défense. Rapidement la tactique de Pontarlier s'est vue récompensée et malgré des blessés, elle a remporté ce match, empochant quatre points, tandis que Murat en a pris un pour avoir mis à mal quatre de ses adversaires.

Dié - Castres

Un match long et éprouvant pour notre équipe dioise, qui a vu presque la moitié de son équipe décimée par les coups : cinq joueurs sur le tapi et un blessé léger ! Castres a eu la main lourde ! Finalement, Castres a réussi à mettre la soule dans le but diois, non sans mal puisque les Diois, même diminués numériquement leur ont tenu tête. Au final, Dié remporte un point pour sa défense et Castres cinq points.

5eme journée :

Castres - Chambéry Chambéry ayant fait faux bond, Cambrai a accepté de les rempacer lors de ce match.

L'offensive équipe de Castres a rapidement pris le dessus sur l'équipe de cambrai, qui malgré un sursaut d'orgueil n'a pas réussi à prendre le dessus. Après une fin de match haute en distribution de coups, Castres a finalement empoché les 5 points de la victoire.

Dié - Pontarlier

Notre équipe dioise ayant choisi la statégie de la défense, s'est vue rapidement débordée par une équipe de Pontarlier plus offensive. Après l'échange de quelques baffes, c'est finalement Pontarlier qui a empoché les quatre points de la victoire.


Groupe 5

- Compiègne (Champagne)
- Anvers (Flandres)
- Valence (LD)
- Amiens (Artois)
- Sémur (Bourgogne)

1ere journée :

Amiens - Anvers

Anvers a affiché plus rapidement qu'Amiens une attitude conquérante, mais finalement, cette dernière a réussi à percer la ligne adverse pour filer vers le but d'Anvers. Amiens prend donc 5 points pour cette victoire.

Compiègne - Sémur

Compiègne a rapidement pris l'avantage sur Sémur, transperçant sa défense. Au final, 5 points pour Compiègne et un blessé pour Sémur !

2eme journée :

Anvers - Compiègne

Alors que Compiègne est restée prudente, Anvers a entamé le match de manière très offensive. Les coups ont été drus des deux côtés et les Compiégnois ont perdu trois joueurs par blessure et les Anversois en ont perdu un. Anvers a fini par remporter le match et par empocher cinq points pour s'être débarrassé de trois de ses adversaires et Compiègne a tout de même été récompensée pour sa ténacité par un point.

Sémur - Valence

Un match rapidement remporté par notre équipe dauphinoise qui a mené son offensive tambour battant. Une victoire véloce qui permet à Valence d'empocher cinq points.

3eme journée :

Compiègne - Valence

Malgré le mordant de notre équipe dauphinoise, qui a mis au tapis deux joueurs de l'équipe adverse, c'est finalement Compiègne qui a remporté ce match et qui a pris les cinq points de la victoire.

Sémur - Amiens

(aucune trace de ce match et je ne sais s'il va se jouer)

4eme journée :

Amiens - Compiègne

L'équipe d'Amiens a rapidement pris le dessus sur l'équipe de Compiègne, ayant mis au tapis un des joueurs compiégnois. Amiens a donc remporté cinq points pour sa victoire éclair.

Valence - Anvers

(aucune trace de ce match et je ne sais s'il va se jouer)

5eme journée :

Anvers - Sémur

(aucune trace de ce match et je ne sais s'il va se jouer)

Valence - Amiens

Un match engagé où les coups ont une nouvelle fois été nombreux. Notre équipe dauphinoise s'est bien défendue et a rapidement remporté la victoire.


Composition de l'équipe de Briançon :

1- Lavitz
2- Ayorleo
3- Ka de brugeliete
4- Hardryan
5- Benorgon (benou)
6- Erril
7- Nyco
8- Argael
9- NDJ
10- Flyerstyle (cap)
11- Radoub

Infirmières : Alwen

Composition de l'équipe de Dié :

1- Arwel
2- Xias
3- Lebelier
4- Kernos
5- Espoire
6- Axel2fersen
7- Lotus
8- Feanaro
9- Raithuge
10- Madmaxikki
11- Edgared

Composition de l'équipe de Montélimar :

1 - Taliesen
2 - Diaboops (cap)
3 - Ulan
4 - Aldraien
5 - Narcimore
6 - Gerbo
7 - Grekoss
8 - Lapetitenadia
9 - Josselin
10 - Cossane
11 - Lady_Antlia

Composition de l'équipe de Valence

1 - Lightwarrior
2 - Xanaria
3 - Greza
4 - Karobase
5 - Youri.
6 - Wulfen (co-capitaine)
7 - Numalane (capitaine)
8 - Matom
9 - Ericx
10 - Guerrana
11 - Cderkharn


Arwel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arwel
Co-directrice
Co-directrice
avatar

Nombre de messages : 316
Date d'inscription : 27/08/2008

MessageSujet: Re: La Gazette Dauphinoise du 22 février 1457   Dim 22 Fév - 4:18

Affaires extérieures


Conflit en Guyenne


Il y a eu ce mois-ci, un conflit en Guyenne. Bordeaux fut attaquée par une alliance entre une armée gasconne, et une armée franche.

Pour en savoir plus, nous avons établi une correspondance avec un Sénéchal guyennois, Messire Garzim.
Sénéchal est un grade qu'on acquiert soit en passant "au dessus" du
grade de Lieutenant de Zone (3 zones militaires en Guyenne), soit en
réintégrant la hiérarchie militaire après avoir été Capitaine, et donc
membre du Conseil Ducal. Le Sénéchal est général d'armée, ou mandaté
pour une mission toute particulière par le Commandant et/ou le
Capitaine (définition donnée par Messire Garzim).

Citation :
Pouilleux : Pouvez-vous décrire en détail la situation actuelle de votre Duché ?

Garzim : Bien sûr... Même si vous le décrire en détail reviendrait à écrire des mémoires de guerre tant la complexité des relations et trahisons entre duchés et avec cette armée franche est grande... Alors, par où commencer... Revenons à ce début février de 1457...
La Guyenne est en paix, son Ost se reconstruit après les graves ravages qu'avaient causés les mois de soldes impayés par plusieurs Conseils successifs. J'étais moi-même en tournée dans les 7 villages du duché, Bordeaux n'étant pas encore fondée, lorsque l'armée franche dénommée "Mort aux boulets" a pénétré nos terres.
C'est bien pour cela que les événements m'ont trouvé successivement à La Teste puis à Bordeaux.
L'armée "Mort aux boulets", dirigée par Ameliane jusqu'à il y a peu, dénommée l'armée des "anti-boulets" ou carrément armée des "boulets" par les Guyennois, est l'armée franche qui se prétendait à la poursuite d'un homme, réfugié en Poitou... Un certain GRMY, qui aurait fait grands ravages en Béarn, terre d'origine de l'ancienne duchesse Ameliane.
L'armée des "Léopards de Guyenne", que le Capitaine Alexandre dirigeait, était l'armée de Guyenne, constituée de soldats guyennois.
En la nuit du 4 au 5 février, alors que les "boulets" stationnaient à Bazas, et que le Capitaine Alexandre s'était éloigné pour leur laisser le passage depuis Labrit, les "boulets" ont attaqué notre armée qui se trouvait entre Bazas et Marmande... Soit à l'Est. Alors que la route du Poitou se trouvait bien au Nord-Ouest...
Les boulets sont donc passés outre leurs engagements pacifiques, ont trahis la Guyenne une première fois, et ont attaqué, blessé ou tué plusieurs des "Léopards" alors que ceux-ci campaient sans méfiance.
Les Boulets ont alors proclamé officiellement, par l'intermédiare de celui qui se fit leur Porte-Parole, Falco le "Sac d'Os", que tout officier, soldat, conseillers, et chefs de groupe se verrait mettre à mort par leur armée. Le Duc Lachainep, qui se trouvait alors en toute fin de mandat, en a fait le premier les frais, alors qu'il cherchait à rejoindre Bazas depuis Blaye.
Dans le même temps, et très précisément le soir-même de l'annonce de l'attaque des Boulets sur notre armée, Bordeaux, capitale de la Guyenne, était fondée. A un jour de marche de cette armée désormais ennemie.

P : Pourquoi le Duc a-t-il maintenu son voyage, alors qu'il était menacé de mort par une armée qui avait déjà été capable de massacrer certains de ses hommes ?

G : *hésitation et réflexion...*
J'avoue n'en pas savoir grand chose... Le Duc était-il déjà clairement visé, ou bien la première annonce des Boulets à ce sujet est-elle immédiatement postérieure à la chute du Duc Lachainep ? ...
Quoiqu'il en soit, je crois que sachant un nouveau Conseil élu, et voyant en danger cette Guyenne qu'il avait crû rétablir dans ses prérogatives en matière de sécurité, notamment en versant enfin ces soldes que ses prédécesseurs avaient "oublier", le Duc a souhaité faire de son sacrifice un "appel aux armes" pour les Guyennois.

Donc, nous en étions à une armée potentiellement ennemie présente à Bazas, et notre armée détruite, quand Bordeaux fut fondée.
L'attitude de la Guyenne vis à vis des Boulets fut assez flou durant quelques temps... Le nouveau Conseil peinait à se mettre en place, des problèmes d'inéligibilité des certains conseillers, puis d'illégitimité du Duc Jeroen, tout cela fit perdre du temps à la Guyenne.
Malgré tout, l'Etat-Major de l'Ost mit rapidement en place l'organisation de la défense des villes de Guyenne, avec le soutien tout à fait appréciable des Maires de Guyenne.
Me rendant de La Teste à Bordeaux avec quelques volontaires dont le maire tout juste sortant messire Lorca, j'y retrouvai bientôt les soldats de la garnison de Blaye et des volontaires de cette ville, menés par la Maire Natalys elle-même.
Le Maréchal de France Salah ad Din et la lieutenante Elorane se trouvait là eux aussi, et nous nous sommes rapidement mis en contact, pour le plus grand bien de nos projets.

[Salah ad Din et Elorane sont deux Dauphinois. Dame Elorane a été
Gouverneur du Dauphiné, et Salah ad Din Commissaire au Commerce,
principalement. Malheureusement, lors de la défense de Bordeaux,
Messire Salah ad Din a été grièvement blessé. NDR]
A l'Est, pendant ce temps, le Capitaine Alexandre, entre temps devenu Commandant de notre Ost, rassemblait nos forces.
Les Boulets quittèrent alors Bazas pour se rendre à Bordeaux. Puis vînt un passage à La Teste avant de revenir définitivement à Bordeaux, qu'ils n'ont plus quitté depuis.
La Gasogne elle, répondant initialement à l'appel du Duc Jeroen, envoya une armée commandée par Grinwold. Celle-ci arrive alors que les Boulets se trouvaient encore à Bazas, et nuls combats n'eurent lieu. L'armée "Légion Gasconne" demandait à intégrer des lances guyennoises dans ses rangs avant de poursuivre les Boulets. Nous avons refusé. Les intentions gasconnes ne paraissaient pas claires...
Quelques temps après, une réunion de négociation sembla apporter crédit au soutien gascon, et il fut décidé d'intégrer une lance à l'armée "Légion Gasconne". Celle-ci retrouva alors les Boulets sur les bords de la Gironde, alors que nous nous apprêtions à défendre Bordeaux jusqu'au bout.
Au lieu du secours attendu et à la place de voir les 2 armées s'affronter, nous vîmes les deux prendre la ville d'assaut. Je fus le premier à tomber, la lame brisée...
Nos hommes quittèrent promptement ces alliés traîtres, et rejoignèrent les défenseurs de Bordeaux. Depuis s'ensuivent les assauts conjugués de ces 2 armées sensées s'affronter contre les faibles défenses de Bordeaux La Jeune.
Après 4 jours, Bordeaux porte encore les couleurs de Guyenne.


P : Y-a-t-il des raisons connues des actes des deux armées ?

G : Pour les Boulets, ils prétendent depuis le début poursuivre un certain GRMY. Mais leurs actes et leurs paroles à l'encontre de la Guyenne infirment cette unique raison. De plus, leur stratégie appréciablement menée leur a permis d'arriver au moment précis de la fondation de la capitale de Guyenne, de détruire l'armée qui pouvait nous permettre de les bouter hors les frontières rapidement, puis de demeurer là en coupant nos forces en 2 et privant Bordeaux de renforts, jusqu'à création de la mairie de la ville. A partir de là, ils sont passés à l'attaque.
Quant aux Gascons, leur désir de voir La Teste de Buch dans leur escarcelle n'est pas récent... Ils visent le monopole du poisson dans la région. Bordeaux étant également une ville de pêche, la cité les interessent également.
Et ils prétendent que La Teste et Bazas souhaitent se voir rattacher à la Gascogne... Je reviens de La Teste, et je suis Bazadais depuis 18 mois : je suis bien certain qu'aucune de ces 2 cités ne souhaite pareille chose ! Les 8 maires de Guyenne en ont d'ailleurs fait la proclamation publique.

Le 19 février, la Duchesse de Gascogne a rappelé ses troupes, mettant fin à cette guerre.

Messire Salah ad Din, Maréchal de France, a consentit à nous envoyer son récit du siège qui a eu lieu à Bordeaux

Citation :
Durant 10 jours de guets et d'affutage des armes et de graissages des armures... le Maréchal de France avait le moral aux plus haut et la rage de combattre par trop d'inactivité à brandir son épée... c'est au matin d'un frileux samedi 14 de février, alors que le jour se levait à peine que le premier assaut se fit sentir, les hostilités débutèrent. Il prit des coups mais rien de bien grave et en profita pour blesser deux hommes qui montaient aux échelles de Bordeaux.
Le lendemain ce fut une nouvelle attaque mais cette fois aucun ne réussi à l'approcher, tellement les Bordelais et les Guyennais était rageux de cet affront ! De plus, attaquer un dimanche est un sacrilège envers le Très haut, ce qui décupla l'envie des assiégés d'en finir rapidement.
Lundi ce fut le même scénario fasse à la félonie et à la pécheresse de ces vils gaillards. Le Maréchal de France guidait ces hommes pleins de rage et de courage, les conseillant, sans que jamais bordeaux ne tombe. Il fut donc la cible le mardi 17 février de deux lâches qui le prirent en traitre le laissant pour mort. Il fut porter à la fin du combat à l'infirmerie... et soigner par qui le pouvait le plus rapidement possible afin de le maintenir à la vie.... Aujourd'hui on peut espérer qu'il ait encore réussi à combattre la mort pour la troisième fois... mais de son lit de blessé il continue à prodiguer ,dans un murmure, des conseils pour encourager la défense et le maintien de Bordeaux qui n'est toujours pas tomber après 4 jours d'assauts.

Et Bordeaux ne tombera pas ... La Duchesse de Gascogne a rappelé ses troupes. Heureusement, le Maréchal de France vivra. Cependant, les médecins lui recommandent de ne pas quitter la ville pendant plus d'un mois.


En Dauphiné, le Gouverneur, Dame Nynaève, a donné une position pacifique sur les actions qui ont eu lieu. Cette déclaration est visible en gargote, dans les annonces du conseil.

Antoine de Navarre, dit Pouilleux
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arwel
Co-directrice
Co-directrice
avatar

Nombre de messages : 316
Date d'inscription : 27/08/2008

MessageSujet: Re: La Gazette Dauphinoise du 22 février 1457   Dim 22 Fév - 4:30

Dié

Politique


Entretien avec Arwel, maire de Dié

Récemment, Dame Arwel est devenue la nouvelle mairesse de Dié. Avec gentillesse, elle a accepté de répondre à quelques questions.

Citation :
Mahauld : Bonjour Arwel. Tout d'abord, je tiens à t'adresser toutes mes félicitations pour ton élection! Pourrais-tu te présenter en quelques mots?

Arwel : Je me nomme Arwel et avant de me présenter à la mairie, j'ai été conseillère de la filière pain pendant plusieurs mandats. J'essaie également de m'investir dans le comité des fêtes de Dié, je m'occupe notamment de la loterie de Dié.

M : Que pense-tu du déroulement de la campagne pour la mairie?

A : Le déroulement de la campagne pour la mairie à Dié a été des plus calmes, étant donné que j'étais la seule candidate à briguer le poste de maire.

M : Que cela te fait-il d'être mairesse ?


A : Ce que cela me fait d'être maire ? Je suis reconnaissante que les habitants de Dié m'aient accordé leur confiance, bien qu'ils n'aient guère eu le choix ... Et j'espère être à la hauteur des attentes des Diois. Se retrouver face à ces responsabilités est à la fois grisant et fatigant et je prends ma charge avec tout le sérieux dont je suis capable.

M : Quels sont tes projets immédiats pour Dié ? pour le marché ?

A : Alors, ma première priorité est économique. Je voudrais être en mesure de régler les problèmes de surproduction que connaissent certaines filières actuellement. Pour ce faire, je cherche actuellement d'autres villes avec lesquelles Dié pourrait commercer, afin d'écouler nos surplus.

Je désirerais également inciter les diois à participer un peu plus activement à la vie de la ville, tant au niveau de la halle, qu'au niveau des différents postes qui restent à pourvoir. Nous manquons notamment de volontaires pour s'investir dans notre Eglise et dans la Prévôté à Dié. Ce qui a pour effet de provoquer le découragement des rares personnes qui s'investissent, alors qu'en unissant les forces disponibles, la charge de travail serait nettement plus supportable.

Je vais également mener une campagne d'information, surtout auprès des nouveaux habitants de Dié, afin qu'ils veillent à prendre connaissance des lois, car ils ont tendance à apporter un surcroît de travail à notre maréchaussée du fait de leur ignorance de certaines règles à respecter. Je pense qu'il faudrait qu'ils fréquentent les tavernes de temps en temps afin de lier des liens entre les habitants et leur permettre d'être informés.


M : As-tu des projets d'animations ?

A : Pour l'instant, nous avons lancé une course de luge. Un gros projet devrait voir le jour en collaboration avec d'autres villes du Duché, mais l'initiative de ce projet revenant à Valence, je préfèrerais que vous preniez contact avec son maire, dame Isabeau ou son responsable à l'animation pour de plus amples détails.

M : Merci beaucoup d'avoir accordé de ton temps pour cet entretien.

Mahauld


Divers


La mort de Krogardelest

Récemment, un de nos concitoyen a été sauvagement assassiné. Attaqué par des brigands prés des mines, Krogar a succombé aux blessures affligées par ses assaillants. Venu s'installer à Dié pour l'amour d'une femme, il était bon vivant, animant les soirées en taverne.
Sa mort laisse derrière lui une compagne, mais aussi des amis qui l'aimaient tendrement.
Après une veillée du corps de plusieurs jours, tout ceux qui l'ont côtoyés se sont retrouvé près du grand chêne, afin de le mettre en terre et donner un dernier adieu. Paix à son âme qui repose auprès d'Aristote.

Loterie

Comme toutes les semaines, une loterie a lieu dans notre belle ville de Dié. De la nourriture est à gagner, donc, n'hésitez pas à tenter votre chance. Pour cela, rien de plus simple: adressez vous à Arwel pour vous inscrire, et que la chance soit avec vous!

Course en luge

Avec toute cette belle neige, il était obligé qu'une course en luge ait lieu! Mise en place dans le verger par le Comité des Festes, c'était l'occasion pour les participants de se démarquer dans leur maniement de la luge. Les concurrents devaient dévaler une piste semée d'embuches, maintenir leur embarcation en état afin de franchir la ligne d'arrivée. Peu de courageux se sont présentés mais félicitons tout de même Arwel, Pouilleux, Marsaly, Chacalot et les autres d'avoir osé tenter la chance.
Après une descente périlleuse, où quelques concurrents eurent la frayeur de leur vie, la domination féminine n'est plus à nier. Marsaly a remporté la course, rapidement suivie d'Emilie_la_belle et d'Arwel. Les jeunes femmes ont pu attendre tranquillement leurs confrères masculins, aux prises avec leurs frêles embarcations. Mais tout fini bien, seuls quelques contusions et des débris de bois sont à déplorer.

Mahauld



Lyon

Politique


En ce mois de Février à Lyon capitale du Lyonnais Dauphiné, nous avons un maire qui est en place au moins jusqu'au prochaine élection, il se prénomme Boursiero, depuis peu le conseil municipal de Lyon siége dans un autre lieu:
Conseil municipal de Lyon
Le maire y discute de ses projets avec ses conseillers.
Cependant Boursiero ne se représentera pas. Peut-être on aura un candidat surprise qui va bouleverser les pronostics, l'avenir nous le dira, peut-être dans le prochain numéro sur Lyon il y aura une interview sur le maire.

Candidat aux éléctions muncipales:

-Coppsenbe :

Citation :
Hé oui c'est à nouveau moi Very Happy
Bien nombreux sont ceux qui me connaissent et qui ont déjà pu juger de mon engagement pour le bien de tous et de la ville.
Pour les nouveaux venus en ville, je suis un homme d'expériences qui mettra toutes ses compétences dans la balance pour gérer au mieux la ville et répondre aux besoins des lyonnais.
En gros mon programme s'inscrira dans la continuté de ce que mes prédécesseurs ont entammé tout en s'attaquant à ce qui doit être rééquilibré ou réorienté selon les besoins actuels de la ville.


Animation


Depuis que le maire actuel de lyon est en place, de nombreuses animations se sont déroulées comme le concours de cueillette qui a eu lieu du 19 au 24 janvier 1457, le gagnant de ce concours a éte:
-Helsinki
Il a fait acte de bravoure puisqu'il a donné sa récompense(une vainde, un poisson, deux fruits, une bouteille de lait et un sac de maîs) à l'OST.

Mais Lyon a aussi comme objectif de reformer son équipe de soule ainsi que d'organiser une grande loterie.
Lyon est aussi en train de lancer son théâtre mais ce n'est que le début plus de précision dans le prochain numéro.

Le Petit Paumé

Qu'est ce que le Petit Paumé ?
C'est un journal qui nous dit tout sur la ville de lyon, tout y est renseigné comme les animations, la mode, l'université, une présentation de la ville ... .
Voici la premiére édition du Petit Paumé :
Le Petit Paumé


Le lion d'or

Citation :
Après trois mois, voilà le grand retour de l’Edition de culture de la ville. Se voulant mécènes des arts, Lyon tous les quatre mois offres à tous les volontaires la possibilité d’exposer leurs œuvres dans la ville.
Le thème est toujours le même : représenter Lyon

Kevin



Autres villes

Nous recrutons toujours


Nous vous rappelons que nous cherchons toujours des journalistes pour rédiger des articles sur les autres villes du Duché !

La Direction
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arwel
Co-directrice
Co-directrice
avatar

Nombre de messages : 316
Date d'inscription : 27/08/2008

MessageSujet: Re: La Gazette Dauphinoise du 22 février 1457   Dim 22 Fév - 5:08

Divers

Recettes


Volaille farcie

Poulaille farcie prenez la et li copez le gavion es chaudez plumez ne lez refaites pas boutez un tuel entre la char et la pel et l’enfflés puis laffendés en tre les espaulez et n’y faitez pas grant trou laissiez a la pel toutez lez membres.
Pour faire la farce prenez veel cuit rouelle de porc cuit du braon de la poulaille hachiez tout ensemble broiez avec grant foison deufs cuis chastaignez cuitez formage de gaing pourdre d’espices bien pou de saffren salez emplez vostre poulaille de vostre remaignant faites pomez durez metez boullir en boullon de beuf du saffran grant foison a petit boullon destrempés de la fleur de moiaux d’eufs coullez bien metez en une neufve broche rostir coullez dez moiaux pardessus en rostissant aucuns le font sans couler.
Pour la dorer prenez moiaux d’eufs cuis broiez du sa ffren avec qui veult dorure vert si broie la verdure sans saffren moiaux d’eufs grant foison batus passez parmy l’estamine et dorez quant la poulaille sera cuite getez la dorure au loing par deux ou par .iii foys.


Traduction

Volaille farcie. Prenez-la. Coupez-lui le cou. Échaudez. Plumez. Ne la plongez pas dans l’eau. Placez un tuyau entre la chair et la peau. Gonflez-la. Fendez-la entre les épaules. N’y faites pas un grand trou. Laissez les membres [attachés] à la peau.
Pour faire la farce, prenez du veau cuit, de la rouelle de porc cuit, du brun de volaille. Hachez tout ensemble. Écrasez avec une profusion d’œufs cuits, des châtaignes cuites, du fromage crémeux, de la poudre d’épices, très peu de safran. Salez. Remplissez votre volaille. Du reste, faites des boulettes dures. Faites les bouillir à petit bouillon dans un bouillon de bœuf, avec profusion de safran. Détrempez de la farine de jaune d’œuf. Passez. Faites bien rôtir sur une broche neuve. Passez des jaunes d’œufs par-dessus en rôtissant — certains le font sans faire couler.
Pour la dorure, prenez des jaunes d’œufs cuits. Écrasez du safran avec. Si on veut de la dorure verte, on broie la verdure sans safran, des jaunes d’œufs battus à profusion. Tamisez à travers une étamine. Dorez. Quant la volaille sera cuite, aspergez-la de dorure sur toute la longueur par deux ou trois fois.


Crétonnée de pois nouveaux

Cretonnee de pois novieux. Cuisés les jusques au purer et frisiés en sain de lart puis prennés lait de vache ou d’almendes et le bouillés une onde et metés vostre pain dedans vostre lait prennés gingembre et saffren broié et deffaites de vostre bouillon et faites boulir prenés poulles cuites en eaue et les metez dedans par quartiers et frisiés puis metés boullir aveques puis traiés arriere du feu et fillés moieux d’oeufs grantfoison.

Traduction

Cretonnée de pois nouveaux. Cuisez-les jusqu’au moment de les égoutter. Faites frire dans de la graisse de lard. Puis prenez du lait de vache ou d’amandes. Portez-le à ébullition. Mettez votre pain dans votre lait. Prenez du gingembre et du safran broyé. Délayez avec votre bouillon. Faites bouillir. Prenez des poules cuites dans de l’eau. Mettez-les dedans en quartiers. Faites frire. Puis faites bouillir avec. Puis retirez du feu. Faites filer des jaunes d’œufs à profusion.

Pâtés de poussins

Pour faire pastés de pouchins. Metes en ou pastés sur le fons ung lit de lard de porcq et pareillement sur les pouchins et quant le pasté sera finis, prendés une escuelle de verius et ii. miealx d’oex durs frit, avoecq une dousainne d’amandes, les pellez et estanpez et puis desmellez ses amandes avoecq les oex desusdits et le verius et passez parmi l’estamine et le mettre boulir avoecq ung peu de burre, le grandeur d’une nois ; et, quant il est bouli, prendre de le poure de gengembre, ce que besoing est, et tout caut getter ens ou pasté par deseure.

Traduction

Pour faire des pâtés de poussins. Mettez en pâtés sur le fond une couche de lard de porc et pareillement sur les poussins. Quand le pâté sera fini, prenez une écuelle de verjus et 2 jaunes d’œufs durs frits, avec une douzaine d’amandes. Pelez-les. Écrasez[-les]. Puis mélangez vos amandes avec vos œufs et le verjus. Passez par l’étamine. Faire bouillir avec un peu de beurre — de la grosseur d’une noix. Quand il est bouilli, prendre de la poudre de gingembre, ce qu’il en faut, versez tout chaud dans le pâté par-dessus.

Arwel


Dernière édition par Arwel le Dim 22 Fév - 6:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arwel
Co-directrice
Co-directrice
avatar

Nombre de messages : 316
Date d'inscription : 27/08/2008

MessageSujet: Re: La Gazette Dauphinoise du 22 février 1457   Dim 22 Fév - 6:03

Origines de la Saint-Valentin





En ce mois de février, comment ne pas parler de la Saint-Valentin ? Comment ne pas vous expliquer l'origine païenne de cette fête, reprise ensuite par l'Eglise, afin d'éradiquer cette origine ?

Les Lupercales

Depuis l'antiquité, le mois de février est lié à l'amour et à la fécondité. En effet, dans la Rome antique, du 13 au 15 février se déroulaient les lupercales, fêtes dédiées à Lupercus, dieu de la fertilité, représenté vêtu de peaux de chèvre. Un sacrifice de chèvres était alors exécuté par des prêtres et de jeunes hommes à moitié nus parcouraient ensuite les rues de Rome et touchaient les jeunes femmes qui désiraient avoir un enfant dans l'année afin de les rendre fécondes.

Le pape Gélase Ier interdit les lupercales en 494 et décrète que Saint Valentin sera désormais le patron des fiancés et des amoureux. Sa fête se célèbre le 14 février.



La Saint-Valentin

A l'origine, le jour de la Saint-Valentin était consacré aux célibataires et non aux couples. Ce jour-là, les jeunes filles célibataires devaient se cacher dans les alentours de leur village jusqu'à ce qu'un jeune homme célibataire les découvre. Les couples ainsi formés étaient amenés à se marier avant la fin de l'année.

Ce n'est qu'au XIVème siècle que la Saint-Valentin devient réellement la fête des amoureux, parce que la croyance populaire voulait que les oiseaux s'accouplent en ce jour du 14 février. Durant cette période, les amoureux s'échangeaient des billets doux et s'appelaient l'un l'autre Valentin. Les légendes accompagnant la Saint-Valentin remontent à la même époque.

La plus connue reste celle-ci : alors que l'empereur Claude II avait interdit les mariages, Valentin en arrangeait secrètement. Il finit par se faire prendre et fut mis en geôle. La veille de son martyr, il aurait glissé à la fille du geôlier dont il était amoureux, un "valentin", un morceau de parchemin sur lequel était écrit "De la part de votre Valentin". Il aurait été martyrisé le 14 février.

Othon de Grandson introduisit cette coutume à la cour de Savoie en écrivant des poèmes dédiés à la Saint-Valentin : La Complainte de Saint Valentin (I et II), La Complaincte amoureuse de Sainct Valentin Gransson, Le Souhait de Saint Valentin et Le Songe Saint Valentin. Ces oeuvres furent ensuite connues à la cour de France grâce à Charles d'Orléans qui écrivit également des poèmes sur le même thème.



Le beau souleil, le jour saint Valentin : Charles D' Orléans
Traduction


Le beau souleil, le jour saint Valentin,
Le beau soleil, le jour de la Saint-Valentin

Qui apportoit sa chandelle alumee,
Qui apportait sa chandelle allumée,

N'a pas longtemps entra un bien matin
Ne mit pas longtemps à entrer de bon matin,

Priveement en ma chambre fermee.
Familièrement, dans ma chambre fermée.

Celle clarté qu'il avoit apportee,
Cette clarté qu'il avait apportée,

Si m'esveilla du somme de soussy
Ainsi m'éveilla d'un sommeil de Souci

Ou j'avoye toute la nuit dormy
Dans lequel j'avais dormi toute la nuit

Sur le dur lit d'ennuieuse pensee.
Sur le dur lit de chagrine Pensée.


Ce jour aussi, pour partir leur butin
Ce jour-là aussi, pour partager leur butin,

Les biens d'Amours, faisoient assemblee
Les faveurs d'Amour, se rassemblaient

Tous les oyseaulx qui, parlans leur latin,
Tous les oiseaux qui, gazouillant,

Crioyent fort, demandans la livree
Criaient fort, réclamant la livrée

Que Nature leur avoit ordonnee
Que Nature leur avait désignée,

C'estoit d'un per comme chascun choisy.
C'était au sujet d'un compagnon, choix de chacun.

Si ne me peu rendormir, pour leur cry,
Ainsi, je ne pus me rendormir à cause de leurs cris

Sur le dur lit d'ennuieuse pensee.
Sur le dur lit de chagrine Pensée.


Lors en moillant de larmes mon coessin
Alors, mouillant mon coussin de larmes,

Je regrettay ma dure destinee,
Je regrettais ma difficile destinée

Disant : " Oyseaulx, je vous voy en chemin
Disant : "Oiseaux, je vous vois sur le chemin

De tout plaisir et joye desiree.
De tout le plaisir et de toute la joie désirée.

Chascun de vous a per qui lui agree,
Chacun de vous a un compagnon qui lui plaît,

Et point n'en ay, car Mort, qui m'a trahy,
Et moi je n'en ai point, car la Mort, qui m'a trahi,

A prins mon per dont en dueil je languy
A pris ma compagne dont je me languis dans la douleur

Sur le dur lit d'ennuieuse pensee. "
Sur le dur lit de chagrine Pensée.


ENVOI
ENVOI


Saint Valentin choisissent ceste annee
A la saint-Valentin, cette année,ils choisissent

Ceulx et celles de l'amoureux party.
Ceux et celles de l'amoureux partage.

Seul me tendray, de confort desgarny,
Seul je m'étendrai, privé de consolation,

Sur le dur lit d'ennuieuse pensee.
Sur le dur lit de chagrine Pensée.





Arwel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arwel
Co-directrice
Co-directrice
avatar

Nombre de messages : 316
Date d'inscription : 27/08/2008

MessageSujet: Re: La Gazette Dauphinoise du 22 février 1457   Dim 22 Fév - 15:05

Poésie


L'Amour de moy..., Auteur anonyme du XIVème siècle



[Refrain :

L'amour de moy s'y est enclose

Dedans un joli jardinet

Où croît la rose et le muguet

Et aussi fait la passerose] (fin du refrain)



Ce jardin est bel et plaisant

Il est garni de toutes flours

On y prend son ébattement

Autant la nuit comme le jour



[ Refrain ]



Hélas ! Il n'est si douce chose

Que de ce doux rossignolet

Qui chante au soir, au matinet

Quand il est las, il se repose



[ Refrain ]



Je la vis l'autre jour, cueillir

La violette en un vert pré

La plus belle qu'oncques je vis

Et la plus plaisante à mon gré



[ Refrain ]



Je la regardai une pose

Elle était blanche comme lait

Et douce comme un agnelet

Et vermeillette comme rose



L'amour de moy s'y est enclose

Dedans un joli jardinet

Où croît la rose et le muguet

Et aussi fait la passerose.



Arwel



Origine médiévale d'une expression de la langue française


Qui trop embrasse mal étreint

Cette expression signifie qu'on risque l'échec lorsqu'on veut faire trop de choses à la fois.
Elle date du XVème siècle.

La version originale, "Qui trop embrasse pou (peu) estraint" (XIIIème siècle) a été modifiée afin de rendre la sonorité plus aisée.

Cet adage reprend une image de la séduction, en rapport aux personnes qui nouent plusieurs aventures amoureuses en même temps et ne parviennent donc pas à les mener pleinement. Cette leçon s'est ensuite appliquée à tous les domaines.

Arwel



Vocabulaire de l'amour médiéval


- Accordailles : fiançailles

- Baron : mari

- Biau : beau

- Coursière : coureuse

- Déportement : mauvaise conduite

- Donoyer : flirter

- Donzelle : fille de petite vertu

- Dru (e) : amant, maîtresse

- Druerie : galanterie

- Emeuvement : émoi

- Enceinter : rendre enceinte

- Encombre : rencontre

- Gentille : charmante

- Janceresse : menteuse

- Pesance : chagrin

- Piperie : tromperie

- Pis : poitrine

- Piteux : attendrissant

- Record : souvenir

- Ruffian : homme débauché

- Rustaud : homme peu délicat

- Semondre : inviter

- Subverti : bouleversé

- Tristeur : tristesse


Arwel


Dernière édition par Arwel le Lun 23 Fév - 3:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arwel
Co-directrice
Co-directrice
avatar

Nombre de messages : 316
Date d'inscription : 27/08/2008

MessageSujet: Re: La Gazette Dauphinoise du 22 février 1457   Dim 22 Fév - 17:20

Le roman courtois




L'apogée du roman courtois a lieu aux XIème et XIIème siècles. C'est un long récit rédigé en octosyllabes ou en prose qui met en scène des chevaliers combattant pour leur dame. Ils sont l'expression de l'amour courtois dont nous vous avons parlé dans notre précédent numéro.

Le roman courtois puise son inspiration dans l'histoire de Rome ou de Bretagne. Sans aucun souci de l'anachronisme, les copistes remanient les légendes antiques ou bretonnes pour les adapter à leur temps. Ainsi fleurissent les romans comme le Roman d'Alexandre, le Roman de Troie, et les romans sur les exploits du roi Arthur et de ses Chevaliers de la Table Ronde.

Dans le roman courtois, le Chevalier fait preuve de bravoure dans l'unique but de plaire à sa Dame.

Dans la deuxième partie du XIIème siècle, le vers préféré des auteurs de roman courtois devient le vers de douze syllabe, nommé alexandrin parce qu'il est employé pour la première fois dans le Roman d'Alexandre. Les auteurs les plus reconnus de cette période sont Béroul, Thomas et Chrétien de Troyes. Ils se sont surtout inspiré de la matière de Bretagne.

Un roman du XIIIème siècle mérite una attention particulière, celui du Roman de la Rose, en deux parties, écrites à des années d'intervalle, par deux auteurs distincts : Guillaume de Lorris et Jean de Meung. Ce roman se présente sous la forme d'un songe dans lequel le poète part à la recherche d'Amour et de Vérité. La Rose y est le symbole de la féminité qu'il doit conquérir. C'est suite au succès de ce roman que l'allégorie a pris de l'ampleur dans la littérature, permettant de s'exprimer à travers le songe, notamment.

La littérature courtoise a permis un passage progressif entre la littérature transmise oralement et la littérature écrite.

Nous allons maintenant vous proposer un extrait du Chevalier de la Charrette de Chrétien de Troyes, mettant en scène Lancelot et Guenièvre, un des couples courtois les plus célèbres de notre littérature.


Lancelot ou le Chevalier de la Charrette, Chrétien de Troyes,v.4668 à 4723
Traduction


An son lit trueve Keu dormant
Il trouva Keu dormant en son lit

Et puis vint au lit la reïne,
Et ensuite il s'en vint au lit de la reine

Si l'aore et se li ancline,
Devant lequel il s'incline en adorateur,

Car an nul cors saint ne croit tant.
Car il ne croit en nulle sainte relique autant qu'il croit en elle.

Et la reïne li estant
Et la reine lui tend

Ses braz ancontre, si l'anbrace,
Ses bras à sa rencontre, et puis l'enlace

Estroit pres de son piz le lace,
Et l'étreint sur son coeur,

Si l'a lez li an son lit tret
Tout en l'attirant près d'elle dans son lit

Et le plus bel sanblant li fet
Où elle lui fait l'accueil le plus beau

Que ele onques feire li puet,
Qu'il lui soit possible de faire,

Que d'Amors et del cuer li muet.
Car elle y est invitée et par Amour et par son coeur.

D'Amors vient qu'ele le conjot ;
Amour la pousse à le recevoir ainsi.

Et s'ele a lui grant amor ot,
Mais si elle éprouva pour lui un grand amour,

Et il .c. mile tanz a li,
Lui en ressentait pour elle cent mille fois plus,

Car a toz autres cuers failli
Car Amour priva tous les autres coeurs

Amors avers qu'au suen ne fist ;
Lorsqu'elle prodigua ses biens au sien ;

Mes an son cuer tote reprist
C'est dans son coeur à lui qu'Amour reprit

Amors et fu si anterine
Toutes ses forces et déploya toute sa vigueur,

Qu'an toz autres cuers fu frarine.
Au point de s'appauvrir dans le coeur des autres.

Or a Lanceloz quanqu'il vialt
Maintenant Lancelot possède tout ce qu'il désire,

Qant la reïne an gré requialt
Puisque la reine accepte avec joie

Sa conpaignie et son solaz,
Sa compagnie et son soulas,

Qant il la tient antre ses braz
Puisqu'il la tient entre ses bras

Et ele lui antre les suens.
Et elle le tient, lui, entre les siens.

Tant li est ses jeus dolz et buens
Le plaisir qu'il éprouve est à tel point doux et bon

Et del beisier et del santir
--Plaisir des baisers, des sens--

Que il lor avint sanz mantir
Qu'il leur advint sans mensonge

Une joie et une mervoille
Une joie et une merveille

Tel c'onques encore sa paroille
Telles que jamais encore leurs pareilles

Ne fu oïe ne seüe ;
Ne furent racontées ni connues ;

Mes toz jorz iert par moi teüe,
Mais je maintiendrai toujours le silence le plus parfait

Qu'an conte ne doit estre dite.
Sur ce qu'on ne doit pas dire dans un conte.

Des joies fu la plus eslite
De toutes les joies ce fut la plus exquise

Et la plus delitable cele
Et la plus délectable

Que li contes nos test et cele.
Que l'histoire passe sous silence et garde secrète.

Molt ot de joie et de deduit
Lancelot fut comblé de joie et de plaisir

Lanceloz tote cele nuit.
Pendant toute cette nuit.

Mes li jorz vient qui molt li grieve,
Mais le jour finit par arriver, ce qui l'ennuie fort,

Quant de lez s'amie se lieve.
Puisqu'il doit se lever d'auprès de son amie.

Au lever fu il droiz martirs,
Au lever il vécut le supplice du martyre parfait,

Tant li fu griés li departirs,
Car partir lui parut douloureux à ce point-là,

Car il i suefre grant martire.
Et il en subit un martyre bien grand.

Ses cuers adés cele part tire
Son coeur ne cesse de l'entraîner là

Ou la reïne se remaint.
Où la reine est restée.

N'a pooir que il l'an remaint,
Le reconduire demeure hors de son pouvoir,

Que la reïne tant li plest
Parce que la reine lui plaît tellement

Qu'il n'a talant que il la lest :
Qu'il n'a aucun désir de la quitter :

Li cors s'an vet, li cuers sejorne.
Le corps s'éloigne, le coeur demeure.

Droit vers la fenestre s'an torne ;
Il retourne directement à la fenêtre ;

Mes de son cors tant i remaint
Mais de son corps il en reste assez,

Que li drap sont tachié et taint
Vu que les draps sont tachés et teints

Del sanc qui cheï de ses doiz.
Du sang qui tomba de ses doigts.

Molt s'an part Lanceloz destroiz,
C'est dans une profonde détresse que Lancelot part,

Plains de sopirs et plains de lermes.
Débordant de soupirs et de larmes.

Del rasanbler n'est pas pris termes,
Il n'a pas été question de fixer un nouveau rendez-vous,

Ce poise lui, mes ne puet estre.
Ce qui l'afflige, mais pareille chose ne peut pas être.




Guenièvre embrasse Lancelot



Arwel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Gazette Dauphinoise du 22 février 1457   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Gazette Dauphinoise du 22 février 1457
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Hora - 04 février 1457 - C - TOP (Impôts impayés)
» 05 Février 1457 : Mariage de Domy et du Capitaine Fabrizio
» Galyon - 22 février 1457 - C -TOP (racket)
» Hectorrr - 18 février 1457 - C- Escroquerie
» Sunie - 16 février 1457 - C - TOP (Racket)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Gazette Lyonnaise-Dauphinoise :: Rez-de-Chaussé : Accueil :: Bibliothèque :: Archives des Editions-
Sauter vers: